Franz Carl Weber

Willkommen! - Bienvenue!

  • Une journée à l’école des enfants du cirque

    Bonjour tout le monde! Je m’appelle Lou, j’ai 12 ans et aujourd’hui je vais dans une école très spéciale. Elle est tellement incroyable qu’il faut que je vous raconte. La salle de classe est minuscule et elle a des roues. Elle se trouve sur un parking et n’a que trois élèves aujourd’hui. Je suis un peu nerveuse – on ne va pas tous les jours à l’école dans un cirque! Heureusement, je me rends vite compte qu’il y a plein de points communs avec mon école à moi. Il y a des pupitres normaux dans cette école roulante, des dessins et une carte de la Suisse aux murs. Normalement, six enfants viennent ici en classe, de la première à la neuvième. Mais cet après-midi, il y en a la moitié: Chris (11 ans) qui fait partie de la famille Knie, Mikolaj (10 ans), le fils d’un musicien polonais, et Moritz (12 ans), dont le père conduit les chariots élévateurs au Cirque Knie. La maîtresse s’appelle Madame Brummer et elle est très gentille. Elle enseigne depuis trois ans aux enfants du Cirque Knie et ce qu’elle aime le plus ici, c’est que tout se passe en famille. Et aussi qu’elle n’a pas de longues séances ennuyeuses comme les maîtres «normaux». Les enfants du Cirque ont le même plan d’études que beaucoup d’autres enfants – sauf qu’ils n’ont pas la gym. De toute façon, ils préfèrent s’exercer à faire des acrobaties avec les artistes. Certains enfants font même partie du spectacle! Par exemple, Chris montre un numéro de dressage de chèvres. Cet après-midi, nous commençons par le chant. Nous chantons des chansons que nous avons pu choisir sur YouTube. C’est bien plus cool que les cours de chant chez nous. Je trouve que l’école ici est plutôt moins stricte. On peut rire si quelqu’un fait une blague sans être tout de suite grondé par la maîtresse. Mais il faut aussi apprendre ses leçons. Par exemple, le prochain cours, c’est «l’homme et l’environnement». Le sujet aujourd’hui, c’est la géographie suisse. Chacun travaille seul et fait des exercices différents. Ensuite, il y a une récré, heureusement – c’est qu’il fait vite très chaud dans cette école roulante. Les enfants me montrent le village de roulottes. Il est énorme! Il y a une cuisine, des douches, des toilettes, des bureaux – et tout est sur des roues. Et bien sûr il y a aussi plein de caravanes. Après la récré, nous apprenons les cantons suisses et les chefs-lieux. Les enfants d’ici sont allés dans la plupart de ces endroits: le Cirque Knie déménage 40 fois par saison! A 15h30, l’école est finie. Les enfants n’ont que quelques pas à faire pour rentrer chez eux. Chris est pressé. Comme souvent, il sera sur la piste du Cirque ce soir, avec ses chèvres. Dommage que le dressage de chèvres ne fasse pas partie du programme de l’école du Cirque! Raconté par Lou, rédigé par maman Nicole Dates de tournée et billets pour le Cirque: www.knie.ch
  • Le chaos dans la chambre d’enfant

    Moi, j’aime quand tout est bien rangé. Ma fille cadette adore le chaos. Et ça fait bientôt douze ans que cela alimente les discussions entre nous. Au début, il était question d’une montagne de Playmobil et d’animaux en peluche par terre, aujourd’hui il s’agit plutôt de montagnes de vêtements sur les chaises et de goûters qui pourrissent dans un coin. Je n’ai pas réussi à inculquer à ma fille cadette le goût de ranger sa chambre d’elle-même. Mais au fil des années, nous avons trouvé des moyens de faire régner l’ordre pendant un certain temps. Voilà mes 10 astuces de rangement : « Range ta chambre ! » : pour un jeune enfant, c’est une injonction à peu près aussi claire que « Sauve le monde ! ». Donnez des instructions concrètes : « J’aimerais que tu ranges toutes les Barbies dans la caisse à Barbies » est une tâche compréhensible – même pour les petits enfants. Certains assistants rendent le rangement plus amusant. Comme, par exemple, si votre enfant peut donner les rails de son train en bois à manger à un tigre. Ou s’il n’est pas obligé de « juste » ranger ses Lego, mais qu’il peut les faire disparaître dans un sac « magique ». Lorsque votre enfant a construit la ville de ses rêves avec ses Playmobil, il doit pouvoir la garder quelque temps. Mon mari a fabriqué une petite table à jouer pour ça : quatre petits pieds en bois vissés sous une planche, juste à la bonne hauteur pour qu’on puisse passer l’aspirateur dessous. Ça ne coûte presque rien et c’est extrêmement pratique. Il ne peut y avoir de l’ordre que là où il y a assez de place. Triez régulièrement les jouets : avant Noël, avant l’anniversaire ou lorsqu’il va y avoir un marché aux puces pour enfants. Le vieux doit faire place au neuf. Si c’est trop difficile de se séparer des choses, mettez l’objet concerné à la cave pendant trois mois. S’il ne manque à personne, il peut disparaître définitivement. Mettez-vous d’accord sur le moment où vous rangerez. Par exemple avant le dîner ou avant d’aller au lit. Rappelez-le à votre enfant assez à l’avance. Définissez ce qui doit être rangé. Par exemple : « Les livres doivent être remis dans l’étagère et les Lego dans leur caisse, mais la grande tour de Lego peut rester. » Ceux qui sont vraiment patients font du rangement un jeu. Imaginez une histoire dans laquelle sont nommés les jouets qui traînent. Dès que votre enfant entend le nom d’un objet, il doit vite le ranger au bon endroit. Ou alors, lancez un dé à tour de rôle et rangez le nombre d’objets qu’il indique. Aménagez la chambre d’enfant de sorte qu’il y ait un maximum d’espace de rangement. Utilisez la place sous le lit pour y mettre de grands tiroirs à jouets. Avec quelques coussins, une étagère basse devient une banquette sous laquelle vous pouvez glisser plusieurs caisses. Pour les vêtements déjà portés que l’on peut mettre encore une fois, utilisez un crochet au mur ou un pouf pour les y déposer. Pendant sa première année scolaire, ma fille changeait de tenue plusieurs fois par jour et jetait tout sur sa chaise. Aujourd’hui encore, cela ne la dérangerait pas de grimper sur un tas de 30 centimètres de vêtements pour faire ses devoirs. Soyez sans pitié pour les vieilleries. Certaines choses doivent finir sans discuter dans la poubelle : les feutres desséchés, les livres abîmés, les jouets gratuits des restaurants de fast food, les actions de collection ou les petits journaux. Ranger est aussi naturel que de se laver les dents ou d’aller à l’école. C’est une activité qui ne doit pas demander à être récompensée. Mais parfois, il peut être utile d’encourager l’enfant par un « Si tu ranges maintenant, vite et bien, tu pourras regarder ta série préférée après. » P.-S. : Selon une étude portant sur 8000 enfants de trois à quatre ans, ceux qui vivent dans un foyer où règne l’ordre sont plus intelligents que ceux qui sont élevés dans le chaos.
  • Quels jeux quand il pleut?

    Un blog post de Nadia Meier Comment occuper les enfants quand il pleut des cordes ou qu’il grêle à longueur de journée? Voici cinq conseils de jeux pour dimanches pluvieux, succès garanti: Sauvez les vers! Il n’y a pas de mauvais temps, il n’y a que de mauvais équipements: alors on enfile les bottes en caoutchouc et la veste de pluie et on sort s’amuser. Donnez un seau en plastique à chaque enfant avec pour mission de récupérer tous les vers de terre sur le trottoir pour aller les mettre en lieu sûr, dans le pré ou à l’orée du bois, par exemple. Peindre aux couleurs de la pluie Une idée créative pour tous ceux qui n’ont pas peur de se mouiller. Donnez aux enfants un papier épais sur lequel ils peuvent dessiner avec des craies de cire solubles à l’eau. Fini? Tous les artistes en herbe sortent et font un tour dehors avec leur chef d’œuvre. Dernière étape: passer les doigts sur le papier. Le dessin à l’eau de pluie est terminé. Construire un Manoir hanté Le temps est vraiment trop mauvais pour mettre le nez dehors? Construisez avec vos enfants un train fantôme dans la buanderie ou dans le local à vélos. Pour cela, vous aurez besoin de ruban adhésif, de vieux draps et de choses dégoûtantes comme des araignées en plastique, de la bave d’escargots (slime!) ou des fils de laine humide à suspendre au plafond. Table de salle à manger enchantée Les petits enfants adorent se cacher dans la maison. Transformez en un rien de temps votre table de salle à manger en repaire de voleurs ou en tanière de marmottes en y suspendant des draps tout autour. A la lumière d’une lampe torche, lisez une histoire aux enfants ou mettez-leur un livre audio. La plage au salon Les enfants sont impatients de retrouver le bac à sable? Avec le sable Kinetic Sand, il est possible de jouer aussi à la maison sans faire de saleté: contrairement au sable classique, il ne coule pas et permet de faire des formes comme avec du sable mouillé. Il est de plus disponible dans de nombreuses couleurs − un contraste agréable avec la grisaille extérieure des jours de pluie.
  • Moins, est-ce vraiment plus?

    Un blog post de Nadia Meier Les anniversaires d’enfants sont bruyants, rigolos et mignons – en tout cas pour les petits. Pour les parents, ces événements peuvent aussi être stressants. Des semaines avant déjà, ils se transforment en organisateurs événementiels et passent leurs soirées à élaborer des listes sur le canapé. Quel thème? Quels jeux? Quel gâteau? Les grosses courses doivent être réalisées quelques jours avant la fête. Juste avant l’anniversaire, il faut préparer le gâteau. Et une fois que les invités sont arrivés, les parents deviennent d’un coup animateurs, sécheurs de larmes, photographes et traiteurs en chef. Pas franchement de tout repos! Après avoir organisé moi-même quelques anniversaires de ce genre, je n’ai qu’un conseil: moins est souvent plus. Les enfants s’amusent tout autant lorsque les parents lèvent le pied et en font un peu moins. En plus d’économiser du temps, vous économisez aussi de l’argent. Thème et décoration Si vous organisez un anniversaire sur le thème des pirates, rien ne vous oblige à transformer votre logement en bateau de pirates. Vous pouvez simplement peindre une nappe en papier blanc avec votre enfant (coffre au trésor, têtes de mort, perroquets…) et parsemer la table de pièces en chocolat et de cache-yeux. Si vous en avez envie, vous pouvez bien entendu acheter des serviettes avec des pirates – même si les vrais pirates n’utilisaient certainement pas de serviettes. Programme et jeux Ici aussi, une règle s’applique: ne pas abuser des bonnes choses. Les enfants doivent toujours inviter un nombre d’enfants égal à celui des bougies sur le gâteau. Je prévois seulement une activité, par ex. un tournoi de jeux, une chasse au trésor ou une heure de bricolage, suivie du gâteau et des cadeaux. Il est ensuite souvent possible de donner quartier libre aux enfants, qui ont leurs propres idées de jeux. Tant que tout le monde est content, les parents peuvent respirer un peu et boire un café en observant de loin les festivités. Gâteau et sucreries Il n’est vraiment pas nécessaire de passer la moitié de la nuit à réaliser un gâteau arc-en-ciel avec sept couleurs orné de décorations compliquées en massepain! Un bon gâteau au chocolat parsemé de Smarties fera largement l’affaire. Je conseille d’éviter d’autres sucreries en plus du gâteau et des quelques décorations de table à manger – autrement, les enfants ont vite un taux de sucre trop élevé et sont surexcités. Même dans les petits sachets à emporter, j’évite de mettre trop de douceurs. Je préfère les remplir de crayons, de gommes, de voitures, d’animaux Schleich et d’autocollants, pour des souvenirs plus durables. Moins n’est toutefois pas la devise à appliquer pour tout. Il existe deux choses dont on n’a jamais assez à un anniversaire d’enfants: des nerfs et de l’aide. La grand-mère peut ainsi s’occuper du gâteau, le grand-père de la carte au trésor, tandis que le parrain peut divertir le groupe d’enfants en jouant les magiciens.
  • Jeux en voiture

    Un blog post de Stefan Millius Vous avez des envies de Toscane, de Midi de la France ou de Grand-Nord? Quoi qu’il en soit, vous vous apprêtez à passer de longues heures en voiture. Les enfants se réjouissent des vacances, mais rarement des longs trajets. Evidemment, on peut fixer des lecteurs DVD aux appuie-tête ou glisser entre leurs petites mains une console de jeux. Mais il existe quantité de jeux indémodables pour lesquels vous n’avez pas besoin de quoi que ce soit: «Tête en bas!» Dès que vous passez sous un pont ou dans un tunnel, quelqu’un crie «tête en bas!». Le dernier à baisser la tête a perdu. On peut introduire un système d’élimination ou de comptage de points. Bien entendu, le conducteur ne peut pas participer… Un jeu principalement destiné aux petits enfants. «Michael... Jackson!» De nombreux chauffeurs routiers placent sur leur pare-brise des panneaux avec leur prénom. Dès qu’on en repère un, il faut citer une personnalité connue portant le même prénom. Un jeu plutôt adapté à des enfants plus grands, susceptibles de connaître des célébrités. «Contes déformés» Le parent installé sur le siège passager raconte un conte classique, mais en déformant quelques petits détails. Le Chat botté porte des chaussures de sport, Raiponce déroule une corde… Le premier qui remarque l’erreur remporte le point. «Histoires sans fin» Un joueur débute le jeu avec une phrase commençant par «Il était une fois…». Le joueur suivant continue l’histoire avec une nouvelle phrase mais en incluant un objet qu’il vient juste de voir, une maison jaune, un panneau de signalisation, une dépanneuse… L’histoire deviendra de plus en plus folle au fil du trajet! Si vous souhaitez vous préparer à l’avance, il existe dans le commerce des jeux particulièrement adaptés aux trajets en voiture: Cette pâte à modeler intelligente se déchire en morceaux de différentes tailles pour modeler d’incroyables créations, et, contrairement à la pâte à modeler classique, elle laissera votre voiture complètement propre. Avec un simple dé on peut inventer quantité de jeux simples. Par exemple, chaque joueur lance le dé cinq fois et additionne le résultat de chaque face. Un as annule le résultat du tour. Le premier à atteindre 100 points a gagné. Pas de tablette à l’arrière de votre voiture? Il existe de nombreux mini jeux de cartes avec lesquels on peut jouer sur les genoux. Par exemple «Alles Käse!», qui consiste à collectionner des trous de fromage. Mais attention aux pièges à souris! Educatif et ludique: un CD avec des bruits d’animaux. Le premier qui devine si l’animal entendu chante, siffle ou rugit reçoit un point. Pour les nostalgiques: la classique bataille navale, qui peut aussi très bien se jouer entre l’avant et l’arrière du véhicule. Et finalement, notre dernier conseil: les cure-pipes. Détournés de leur utilisation première, ils sont un divertissement parfait car ils se plient, se tordent et se nouent à volonté. Et les enfants peuvent jouer avec les personnages amusants ainsi créés. Un point positif supplémentaire: ils se glissent sans difficulté dans la voiture remplie à bloc pour le trajet...
  • Les tous nouveaux jeux d’extérieur

    Un blog post de Nicole Simmen Elles sont les stars de cet été et sont disponibles depuis quelques semaines: la Super Wubble Bubble et la Phlat Ball. La première ressemble à une bulle de bubble-gum géante, tandis que la deuxième se transforme pour passer de balle à frisbee. Ma fille et son amie se sont filmées pendant qu’elles testaient les deux jeux. Balle Super Wubble Bubble Elle ressemble à une bulle géante, mais possède la robustesse d’une balle de gymnastique. Je n’ai encore jamais vu une balle comme la Super Wubble Bubble. Elle est extrêmement légère, rebondit très haut et s’adapte à tous les jeux de balle. On peut même s’y allonger! Grâce à sa pompe, on peut la gonfler facilement en deux à trois minutes, puis la dégonfler, une fois le jeu terminé. Après une après-midi d’utilisation intensive, notre Super Wubble Bubble avait un petit trou, que les enfants ont pu aisément réparer grâce au «pansement» fourni. La Wubble Bubble existe aussi en version phosphorescente, la Glow Wubble. Phlat Ball Comme par magie, cette balle se transforme en plein vol: d’un disque volant, elle devient une balle. Il suffit d’appuyer au centre de la balle pour l’aplatir, et grâce à une ventouse, elle se transforme en une sorte de frisbee. Dès qu’on la lance, la ventouse lâche et la Phlat Ball reprend sa forme arrondie. Cela donne une nouvelle dimension aux jeux de balle car on ne sait jamais vraiment à quel moment elle va changer de forme. La Phlat Ball existe aussi en édition junior pour les plus petits.
  • Jeux classiques

    Un blog post de Stefan Millius Il existe des jeux qui gagnent tous les prix et qui enthousiasment les foules pendant un certain temps – avant de sombrer dans l’oubli. D’autres jeux en revanche se maintiennent pendant des décennies. Mes enfants proposeront encore à leurs enfants de jouer à « Hâte-toi lentement » lors d’un dimanche pluvieux. Et mes petits-enfants marchanderont encore un terrain au « Monopoly » avec leurs arrière-petits-enfants. Car ces deux jeux sont des classiques du genre. Mais en quoi se distinguent ces classiques, et d’autres encore, par rapport aux jeux dont le succès ne dure pas ? La première raison, c’est qu’ils fonctionnent. C’est tout un art de développer une idée ludique qui sache produire une dynamique magique pour des personnes très différentes, qui crée une tension et atteigne l’équilibre parfait entre frustration et joie de réussir. La deuxième raison, c’est que le principe du jeu est intemporel et ne s’appuie pas sur l’actualité. Dans « Hâte-toi lentement » comme au « Monopoly », le joueur a pour but d’être plus rapide que l’autre ou de mieux réussir que lui tout en lui donnant du fil à retordre. Ce n’est peut-être pas très gentil, mais c’est dans nos gènes. Et ce, depuis les origines de l’humanité. Mais pourquoi, à l’inverse, certains jeux qui auraient tout pour devenir des classiques n’atteignent-ils pas ce statut ? J’ai des amis qui ont récemment cherché comme cadeau de Noël un jeu de société du nom de « Monster Mix » remontant à leurs souvenirs d’enfance. Ce jeu a été créé dans les années 80 par le géant du jeu Parker. Or aujourd’hui, on ne le trouve plus que sur des plateformes de vente aux enchères en ligne ou des marchés aux puces – et pour un jeu complet, il faut débourser une somme considérable. Et pourtant, ce jeu est vraiment génial : un petit appareil (sans piles !) fait apparaître au hasard un des 27 motifs de monstre. Les cartes avec tous les motifs sont étalées sur la table, et les joueurs doivent essayer d’attraper le monstre présenté à l’aide une ventouse – avant les autres. Cela demande un sens aigu de l’observation. « Monster Mix » est un jeu trépidant qui amuse les joueurs dès 5 ans et où les facultés motrices et sensorielles sont stimulées. Il a remporté dans les pays germanophones l’équivalent de l’As d’Or du Festival international des jeux de Cannes. Et pourtant, ce jeu n’a jamais été réédité : il n’a vraisemblablement pas été un best-seller. Peut-être que pour un classique, la qualité ne suffit pas, et qu’il faut aussi un peu de chance … Dix jeux de société classiques Une liste tout à fait subjective de jeux (de société) indispensables, selon nous, dans chaque foyer : Monopoly Trivial Pursuit Destins (Jeu de la vie) Labyrinthe Jeux réunis avec Hâte-toi lentement, Halma, Moulin, etc. Scotland Yard Cluedo Mikado Scrabble Risk
  • Carnaval pour les tout-petits !

    Un blog post de Nicole Simmen Peu importe que vous viviez dans une citadelle retranchée à mille lieues de tout pétard ou confetti … tôt ou tard, votre enfant rentrera à la maison en déclarant qu’il lui faut immédiatement un déguisement. Parce qu’une fête de carnaval est organisée par le jardin d’enfant, l’école, la garderie ou le club de sport. Evidemment, votre bambin sait exactement en quoi il veut être déguisé. Et dans la plupart des cas, ce n’est pas avec un vulgaire drap blanc pour petit fantôme que vous allez vous en tirer. Les déguisements préférés Ne désespérez pas, relevez le défi et accrochez un sourire sur le visage de votre enfant avec un déguisement et des idées maquillage qui réussiront à tous les coups. Si vous achetez un costume, prenez-le une taille au-dessus. Bien sûr, il y a des fêtes de carnaval qui ont lieu bien au chaud et lors desquelles les pirates et les princesses pourront fêter confortablement en costume. Mais il est bien plus probable qu’ils se retrouvent des heures durant à sillonner les rues dans le froid avec leurs petits camarades déguisés, auquel cas il faut prévoir un manteau sous le costume. Dans les magasins Franz Carl Weber, le Partyshop propose une large sélection de costumes de toutes tailles, de masques, de maquillage, d’accessoires et d’objets de décoration pour le carnaval. Bien sûr, vous pouvez aussi vous inspirer du coffre à déguisements de votre enfant et créer ou bricoler vous-même un costume. Les meilleures vidéos maquillage Un visage bien maquillé transforme le costume le plus simple en un incroyable déguisement. Osez manier le pinceau à maquillage, vous serez étonné : avec les bonnes couleurs et les instructions appropriées, vous obtiendrez d’impressionnants résultats. Il est important de choisir des produits de qualité, et cela vaut l’investissement, car votre palette de maquillage pourra servir les dimanches pluvieux, pour Halloween, lors de fêtes d’anniversaire ou juste pour le plaisir. Car réaliser des maquillages avec des produits à base d’eau c’est amusant. Mélangés à un peu d’eau, ils ne sont pas gras et sont très bien tolérés. Ils s’appliquent à l’éponge et au pinceau. Et la bonne nouvelle : ils restent bien en place sans s’étaler et ils s’enlèvent facilement avec de l’eau et un peu de savon doux. Tendances pour le carnaval 2017 Voici les tendances pour le carnaval 2017 : cette année, les super héros comme Batman et Spiderman sont super tendance chez les garçons, mais les classiques comme les cowboys et les pirates restent aussi de grands favoris. Chez les filles, les princesses Disney sont toujours en demande, comme Elsa de La Reine des neiges par exemple, tout comme les fées et les sorcières.
  • Comment surmonter Noël sans stress

    Un blog post de Stefan Milius L’Avent, période de recueillement? En théorie, oui. Mais dans la pratique, c’est rarement le cas, notamment quand, à quelques jours de Noël, on se retrouve à arpenter la zone piétonne en panique totale à la recherche de cadeaux de dernière minute… Ou lorsque quelques heures à peine avant le réveillon, on se barricade dans le salon pour préparer le sapin de Noël après avoir frénétiquement retourné tout le grenier à la recherche des décorations. Voici quelques conseils pour éviter au mieux le stress lié aux fêtes : Le repas: simple, mais efficace Inutile d’hyperventiler: googlez ! Parmi les dizaines de milliers d’idées de recettes en ligne, trouvez-en une qui soit festive sans nécessiter de commander des spécialités venues de Norvège ni de recruter cinq assistants. L’idéal, c’est un plat qui mijote tout seul afin que vous n’ayez pas besoin de passer des heures en cuisine. Ou alors, faites-vous plaisir en commandant un coffret prêt à l’emploi contenant tous les ingrédients et les instructions de préparation. Il existe aujourd’hui quantité de fournisseurs. Ce qui importe, ce ne sont pas les efforts que vous aurez fournis, mais que le résultat soit aussi beau que bon. La visite: étaler au lieu de multiplier Grand-père et Grand-mère, parrain et marraine, le frère qui habite à l’autre bout de la Suisse… Au moment de Noël, tout le monde veut inviter ou recevoir. Cela dégénère souvent en une course effrénée que personne n’apprécie. Pourquoi multiplions-nous les visites contraignantes en cette période sensée être la plus paisible de l’année ? Ecrivez à chacun une jolie carte dans laquelle vous expliquerez que cette année, vous allez passer Noël au calme et que vous vous réjouissez de revoir tout le monde en janvier, quand tout sera plus tranquille et que l’on aura vraiment du temps les uns pour les autres. Proposez même d’ores et déjà quelques dates concrètes. Les cadeaux: anticipation plutôt que solutions d’urgence L’idéal, c’est d’acheter tout au long de l’année de petites choses glanées au hasard… Mais vous avez encore oublié, n’est-ce pas ? Soit. Mais si, tout comme sept trillards d’autres consommateurs, vous prenez d’assaut les boutiques le 24 décembre sans plan d’attaque, vous ne trouverez rien qui puisse faire plaisir. Une alternative: optez pour les chèques cadeau vendus en ligne par de nombreux fournisseurs, pour un massage par exemple, ou du bodyflying ou encore une sortie au théâtre. L’avantage: le cadeau ne sera pas oublié dès le 25 décembre à midi, mais restera dans les esprits jusqu’à la date où on en profitera. Et, plus généralement: faites mieux en 2017. Votre mission commence le 1er janvier. Klicke hier, um Ihren eigenen Text einzufügen
  • Le plaisir infini de faire des biscuits de Noël

    Un blog post de Nadia Meier L’an dernier à la même époque, ma fille était en pleine fièvre du biscuit de Noël. Elle voulait en faire chaque jour, alors nous avons fait des milanais, des milanais et encore des milanais. Entre deux fournées, j’ai aussi réalisé des étoiles à la cannelle, des sablés à la confiture et des crêtes de coq à l’anis. Mais ce qui intéressait le plus ma fille, c’était le découpage des biscuits, et c’est la pâte à milanais qui s’y prête le mieux. Début décembre déjà, nous étions amplement rassasiés de biscuits en forme de cœur, d’étoile ou de champignon, contrairement à ma fille qui n’était toujours pas dégoûtée: «Maman, est-ce que je pourrai encore découper des biscuits de Noël aujourd’hui?» m’a-t-elle à nouveau demandé en revenant du jardin d’enfants. Comme je n’avais plus de beurre, j’ai rapidement réalisé une pâte à sel pour satisfaire ma passionnée de pâtisserie. Comblée, elle se remit alors à confectionner avec enthousiasme cœurs, étoiles et champignons désormais incomestibles… mais une semaine et un kilo de farine plus tard il fallut trouver une autre idée: la fièvre du biscuit de Noël n’était toujours pas tombée et les petites mains étaient toutes gercées à force de manipuler la pâte à sel. C’est pour ainsi dire Saint Nicolas qui nous a apporté la solution. Le 6 décembre, ma fille a découvert une boîte de pâte à modeler Play-Doh dans son calendrier de l’avent, dont le contenu fut immédiatement transformé en biscuits de couleur bleue découpés avec l’aide de maman. Quelques jours et cadeaux de l’avent plus tard, des biscuits verts et pailletés furent aussi confectionnés dans la chambre de mon enfant. Pour Noël, nous avons donc offert à notre fille le kit à cookies de Play-Doh. Il contient des pâtes de différentes couleurs, des emporte-pièces, une plaque de cuisson et un rouleau à pâtisserie qui imprime des motifs sur les biscuits. Elle a adoré ça et a pu s’adonner sans relâche à la confection de biscuits! Dernièrement nous ne faisons plus de biscuits, mais plutôt des muffins et parfois des cupcakes richement décorés que ma fille trouve si jolis qu’elle n’ose pas les manger. Dans ce cas, pourquoi alors ne pas réaliser d’adorables petits gâteaux en pâte à modeler? Il existe aussi un kit pâtisserie avec des pâtes à modeler «Play-Doh Plus» particulièrement malléables. Elle sont moins stables mais plus molles et plus lisses et donc idéales pour d’«alléchantes» imitations de cupcakes.
  • Un peu de douceur quand il fait froid

    Un blog post de Nadia Meier Des animaux en peluche, il y en a dans toutes les chambres d’enfant. La plupart des garçons et des filles en possèdent même plusieurs. Mais parfois, l’un d’entre eux parvient tout particulièrement à conquérir le cœur de l’enfant. Le petit animal reçoit alors un nom, il a souvent une place de choix dans le lit de son propriétaire, et naturellement, il sera de tous les déplacements: que ce soit en vacances, à l’hôpital ou lors des soirées pyjama chez les amis. Vous souhaitez offrir une peluche à un enfant ? Voici quelques conseils pour que votre cadeau ne finisse pas dans les profondeurs du coffre à jouets ni qu’il ne ramasse la poussière en haut de son étagère : Si vous êtes le parent de l’enfant, faites d’abord le tri dans sa chambre. Quelles sont les peluches avec lesquelles votre enfant ne joue jamais ou auxquelles il ne fait jamais de câlins ? Celles-ci feront le bonheur d’autres enfants. Les peluches en bon état peuvent être données à une brocante ou vendues sur un marché aux puces. Si vous n’êtes pas le parent de l’enfant, renseignez-vous s’il a vraiment besoin d’une nouvelle peluche. Il a peut-être déjà un animal favori ? Ne préférerait-il pas plutôt un jeu de société, un chien-robot ou une poupée qui parle ? Quand vous vous serez débarrassé des vieilles peluches ou que vous aurez obtenu le feu vert des parents pour en acheter une nouvelle, le moment viendra de vous rendre dans le magasin de jouets. Très important : accompagné de l’enfant, bien sûr ! Et prenez bien votre temps. En chemin vers Franz Carl Weber, demandez à l’enfant quel est son animal préféré. Il adore les chiens ? Une fois dans le magasin de jouets, montrez-lui donc tout d’abord les chiens en peluche. En principe, on dit toujours aux enfants qu’ils devraient « toucher avec les yeux ». Mais cela ne s’applique pas pour le choix d’une peluche, car l’apparence n’est pas le seul critère ! Le petit chat a beau être adorable, il a peut-être une fourrure rêche alors que la tortue qui louche est douce comme du velours… Laissez l’enfant caresser et prendre les animaux dans ses bras, voire même les yeux fermés. Certains enfants se sentent dépassés par l’immensité du choix. Sélectionnez alors trois animaux qui lui ont particulièrement plu. Choisissez-leur un nom, inventez-leur une histoire : où habitaient-ils avant ? Qu’aiment-t-ils manger ? Quels sont leurs hobbys ? Le choix devrait alors être simple… et léger comme la caresse d’une peluche !
  • 5 conseils pour une soirée jeux à donner des frissons

    Un blog post de Nadia Meier 5 jeux pour l’automne et Halloween Dehors, il fait nuit de plus en plus tôt. Et avec l’approche de l’hiver, on ressort les plateaux de jeu à la maison. Mes enfants et leurs amis ont testé cinq jeux d’automne… dont deux à donner des frissons pour Halloween ! Château Pierre-Battante Joueurs : 2 à 4, âge : dès 6 ans Qui parviendra à grimper le premier sur le Château Pierre-Battante afin de décrocher la coupe des chauves-souris ? Ce n’est pas le dé qui décide : avec une catapulte, on lance de petites chauves-souris sur le mur. Et selon l’endroit où elles atterrissent, on peut faire plus ou moins de pas vers la coupe. Ce qui a plu aux enfants : Tirer les chauves-souris est vraiment très drôle ! C’est un jeu palpitant et très cool. Ce qui m’a plu : C’est un jeu très différent qui plaira aux plus réfractaires. La Danse des sorcières (Hexentanz) Joueurs : 2 à 6, âge : dès 8 ans La Danse des sorcières consiste à raccompagner chez elles les sorcières aussi vite que possible. Le problème ? C’est que toutes les figurines se ressemblent. Les sorcières noires ne se distinguent que par leur couleur sur l’envers. Ce qui a plu aux enfants : Plus il y a d’enfants, plus c’est amusant. De nombreux secrets et surprises au programme. Ce qui m’a plu : Fait travailler la concentration. Ceux qui trouvent « Hâte-toi lentement » ennuyeux trouveront certainement leur bonheur avec ces sorcières dansantes. Le Verger ou Le petit Verger Joueurs : de 1 à 8, âge : de 3 à 6 ans Dans ce grand classique, il faut cueillir les pommes, poires, prunes et cerises avant que Théo le corbeau ne les mange. Nous avons testé le Verger normal, mais il existe aussi une version pour les enfants à partir de deux ans, avec des fruits en bois encore plus gros. Ce qui a plu aux enfants : On ne joue pas les uns contre les autres, mais les uns avec les autres. On peut aussi jouer au marchand avec les fruits en bois. On peut jouer seul. Ce qui m’a plu : Les plus petits peuvent apprendre les couleurs et les règles du jeu en jouant. Fifi qui chipe Joueurs : 2 à 4, âge : dès 3 ans Ce jeu automnal consiste à aider l’écureuil à ramasser des glands. Mais attention ! On ne peut pas les prendre avec les mains, il faut les attraper avec une pince en forme d’écureuil. Celui ou celle qui réussit à attraper des glands de toutes les couleurs en premier a gagné ! Ce qui a plu aux enfants : La pince en forme d’écureuil rigolo ! Lorsque la tempête arrive et qu’il faut tout recommencer depuis le début. Quand on peut voler un gland à un autre joueur. Ce qui m’a plu : Un jeu bien pensé qui vous donnera envie de ramasser TOUS les glands. Fait travailler la motricité fine et la tolérance à la frustration. Figugegl Joueurs : 1 à 4, âge : 3 à 8 ans Figugegl (« Fondue ist gut und gibt eine gute Laune ») signifie en allemand « La fondue est délicieuse et apporte de la bonne humeur ». Et en effet, la bonne humeur est garantie dans ce jeu de pêche fromagère : avec une sorte de canne à pêche aimantée, il faut piocher les meilleurs morceaux au fond du caquelon. Et gare à qui tirera la petite souris : il perdra des points ! Et c’est celui qui en comptera le plus qui remportera la partie. Ce qui a plu aux enfants : Les ingrédients ont des têtes rigolotes. C’est encore plus drôle de jouer les yeux bandés. Ce qui m’a plu : Les enfants calculent en s’amusant. Idéal pour une soirée fondue, quand les enfants n’ont plus faim. Les adultes peuvent continuer à manger tranquillement pendant que les enfants jouent avec « leur » fondue sur la table du salon.
  • 8 conseils pour réaliser la citrouille parfaite

    Un blog post de Nicole Simmen Elles commencent à faire leur apparition devant les maisons et sur les pas de porte : les citrouilles aux visages grimaçants de toutes tailles. Mais avant de pouvoir les éclairer, il faut passer par la case sculpture. En respectant ces quelques conseils, vous pourrez créer une décoration d’Halloween unique et à moindre effort. Cela vaut le coup de se procurer un kit de sculpture pour citrouille contenant tous les instruments nécessaires y compris un couteau à bout rond ou une cuillère adaptés aux enfants. Mais vous parviendrez aussi à vos fins avec une cuillère à glace, un couteau et un grattoir trouvés dans votre propre cuisine. Achetez une grosse citrouille orange déjà bien mûre, ainsi la chair sera tendre et facile à extraire. On reconnaît une citrouille mûre à sa tige desséchée et au son sourd et creux que l’on obtient en tapant sur l’écorce. Nettoyez la citrouille avec un torchon et, à l’aide d’un couteau aiguisé, découpez-la pour en retirer la partie supérieure. Essayez d’effectuer une découpe en biseau pour que le couvercle ainsi obtenu puisse rester bien en place sur la citrouille. Retirez à la main les grosses fibres et les graines à l’intérieur. La chair de citrouille pouvant tacher la peau et les ongles, il est conseillé de porter des gants jetables. Ou vous pouvez facilement confier cette tâche à vos enfants. Pour retirer la pulpe facilement, utilisez une cuillère à glace, une cuillère parisienne ou une spatule crantée. Laissez un bord d’une épaisseur d’environ deux centimètres. On doit pouvoir voir la lumière d’une lampe de poche luire à travers. Dessinez le visage à l’aide d’un marqueur indélébile. Si vous cherchez quelque chose qui sorte de l’ordinaire, vous trouverez ici 700 modèles à imprimer. Collez le modèle sur la citrouille et taillez les lignes à l’aide d’un couteau. Pour les lignes fines, vous pouvez ne retirer que l’écorce supérieure pour laisser la lumière briller à travers la chair. Si vous utilisez de vraies bougies, découpez des petits trous dans le couvercle pour que la flamme ait assez d’oxygène pour brûler. Pour un maximum de sécurité, utilisez des bougies artificielles ou une lampe de poche. Pour éviter que votre citrouille moisisse, badigeonnez-en l’intérieur et les bords coupés avec une fine couche de vaseline ou appliquez de la laque à cheveux des deux côtés (laissez bien sécher pour éviter tout risque d’incendie). Si elle se dessèche, laissez-la tremper toute une nuit dans l’eau, elle en sortira comme neuve. Si vous observez ces quelques conseils, votre citrouille d’Halloween devrait durer au moins sept jours.
  • Comment faire voler un cerf-volant?

    Un blog post de Stefan Milius Faire décoller un cerf-volant : rares sont les loisirs pour lesquels la frontière entre plaisir et frustration est si mince. Par une belle journée d’automne, les pieds dans un pré, faire monter dans les airs un cerf-volant procure des sensations inoubliables. Mais qu’en est-il quand, au bout de 20 essais, l’oiseau de papier ne cesse de s’écraser dans les herbes et ne veut plus décoller ? Pas de panique : cela marche si l’on s’y prend bien. Tout commence dès l’achat. La plupart des papas trop zélés (oui, généralement c’est d’eux qu’il s’agit) veulent acquérir un engin hyper cool, un modèle acrobatique avec lequel on peut faire des grands virages, des descentes en vrille et des loopings. Sur YouTube, ça fait de l’effet. Dans la réalité, il faut beaucoup d’entraînement pour y parvenir. Les débutants choisiront donc un cerf-volant monofil. Il permet à chaque enfant à partir de 5 ans environ de le faire voler seul, car une fois qu’il est en l’air (le cerf-volant, pas l’enfant !) ça se fait tout seul. De plus, il existe des monofils au design très sympa. Bien sûr, on peut aussi le fabriquer soi-même, mais les chances de réussite quand on débute sont bien moins élevées qu’avec un modèle acheté. La deuxième difficulté est le choix de l’emplacement. « Viens, on va juste derrière la maison »: selon où vous habitez, ce n’est pas toujours une bonne idée. Pour faire décoller un cerf-volant en toute tranquillité, il faut trouver un endroit le plus vaste possible, sans arbres ni lignes électriques. Si cette condition est remplie, on respecte déjà 99% des règles de sécurité qui régissent la pratique de ce loisir. Et enfin, la question du vent: bien sûr, il en faut, mais pas non plus un ouragan. La plupart du temps, une brise souffle au-dessus de nos têtes. Attention : le cerf-volant décolle face au vent et non dans sa direction. Mais vous le remarquerez vite... D’ailleurs, la dernière tendance en la matière, c’est l’« indoor-kiting » : le cerf-volant en intérieur ! Cela se pratique dans les halles de sport ou dans des usines désaffectées. Les cerfs-volants pour cette discipline sont plus légers, avec un fil plus court, et c’est aux participants d’en quelque sorte produire le vent, en reculant lentement et en tirant en continu sur le fil. Ce passe-temps a trouvé ses adeptes puisqu’il existe même des festivals d’indoor-kiting, comme à Leipzig. Par contre, si on a la chance de pouvoir sortir, il faut en profiter. L’hiver arrive bien assez tôt.
  • Bobby car

    Un blog post de Nadia Meier Y a-t-il, dans votre entourage, de jeunes enfants qui ne possèdent pas de Bobby car ? En ce qui me concerne, aucun nom ne me vient spontanément à l’esprit et cela n’est pas étonnant : depuis le lancement de leur production en Allemagne il y a 40 ans, ces petites voitures rouges aux yeux jaunes se sont déjà vendues à plus de 17 millions d’exemplaires. Selon le fabricant, la Bobby car est ainsi la voiture sans pédale pour enfant la plus vendue au monde. Les enfants ne sont d’ailleurs pas les seuls à conduire des Bobby car ! En Allemagne surtout, mais aussi en Suisse, il existe des courses de Bobby car pour adultes. Des femmes et des hommes audacieux dévalent ainsi de fortes pentes en mini-voiture sur des circuits de course, allant parfois jusqu’à 80 km/h ! Le record reste toutefois de 115 km/h. De plus, les pilotes les plus rapides figurent au classement mondial des Bobby car. Eh oui ! Cela existe vraiment. Jusqu’à récemment, mes enfants avaient eux aussi des Bobby car : une originale et une Mini Cooper. Ils ont d’abord commencé par rouler partout avec dans la maison, puis sont passés par-dessus les sièges et à travers le jardin. Un beau jour, plus rien. Ils étaient devenus trop grands. Mais lorsque je leur ai demandé si nous devions nous débarrasser de nos Bobby car, leur réponse a été catégorique : « non ! » Mes enfants restaient attachés à ces voitures rouges avec lesquelles ils avaient passé tant de temps à jouer. Nous avons donc réfléchi à une façon appropriée de dire adieu à nos Bobby car. La solution fut d’organiser une course. Nous avons rameuté quelques enfants du voisinage et nous nous sommes retrouvés un samedi dans la cour de l’école. Pendant que le « chef de course » dessinait le parcours sur le sol à l’aide d’une craie, nous avons peint et découpé les numéros de dossards. Puis tous les participants ont enfilé leur casque, ainsi que leurs coudières et genouillères pour certains. Pour attribuer les places au départ, nous avons d’abord organisé un tour de qualifications : tous les pilotes de Bobby car ont parcouru le circuit un par un et nous les avons chronométrés. Ensuite, nous sommes passés aux choses sérieuses : chacun s’est avancé sur sa position. Sur la ligne de départ, le chef de course a levé son pistolet : à vos marques, prêts, pan ! Finalement, ce n’est pas l’enfant le plus grand qui a gagné, mais un bambin plus jeune, grâce à sa technique de conduite ingénieuse. Quelques jours plus tard, l’une de nos Bobby car a été récupérée par sa nouvelle propriétaire qui s’en est allée le regard radieux, tandis que nous lui faisions des signes d’au revoir. Quant à l’autre voiture, nous l’avons déposée dans une garderie en la gratifiant d’un « Salut, Bobby ! » avec une petite tape sur la carrosserie en guise d’adieu.
  • A chacun ses roulettes

    Un blog post de Stefan Milius Les enfants aiment la vitesse. A peine aperçoivent-ils un autre enfant chaussé de roulettes qu’ils se sentent limités, et en veulent aussi. Mais le choix des bons « engins à roulettes » reflète aussi un style de vie et une attitude. Quel type de roulettes convient le mieux à votre enfant ? Et que révèle votre décision en tant que parent ? Pour les tendres nostalgiques : les patins à roulettes Lors d’une représentation théâtrale à Londres en 1743, ce fut la première fois qu’un acteur porta des chaussures à roulettes, mais c’était improvisé. Les patins à roulettes furent réellement inventés vers 1760 par un facteur d’instruments de musique français. Ce que l’histoire retient peu, par contre, c’est que celui-ci, lors d’un essai, percuta un mur et se blessa gravement. En tous les cas, les patins à roulettes, ancêtres du sport sur roulettes, deviennent un véritable must dans les années 1970. Les parents qui misent sur des patins à roulettes affichent leur nostalgie du bon vieux temps. Ils veulent que leurs enfants puissent s’amuser, tout en se souvenant de leur propre enfance. Pour les sportifs élégants : les rollers Certaines années, en marchant au bord du lac, nous avions le sentiment d’être des extraterrestres parce que des hordes d’adeptes de rollers nous dépassaient de toutes parts. Et à toute vitesse. Sur des roulettes bien alignées, soit « inline », on se meut sur des rollers comme sur des patins à glace, pour une allure plus élégante. Contrairement aux patins à roulettes qui imposaient souvent de patiner les jambes écartées. Et tandis que les patins à roulettes permettaient de s’amuser, les patins en ligne sont synonymes de moyen de locomotion et de matériel sportif. En bref, les parents qui optent pour des rollers pour leurs enfants sont citadins et ambitieux. Pour les artistes libres : le skateboard Un skateboard, ou une planche à roulettes pour les profanes, permet également de se déplacer d’un point A à un point B. Mais au quotidien, il sert plutôt à exécuter quelques figures artistiques, le tout avec les vêtements qui vont avec et un slang cool. Au contraire des patins à roulettes et des rollers, il n’est pas impératif de maîtriser l’art du skateboard pour épater la galerie. Il suffit de porter la planche sous le bras et le tour est joué. Les parents qui recommandent le skateboard à leurs enfants sont relativement rares. S’ils veulent vraiment lancer un message par leur choix, c’est peut-être : « Peu importe sur quoi roule mon enfant, à 18 ans il passe de toute façon son permis. » Happy rolling !
  • Barbie à la piscine

    Un blog post de Nadia Meier Je l’avoue : je ne suis pas une grande fan de Barbie, et pourtant, deux de ces blondes en plastique à forte poitrine vivent dans notre salle de jeux. Une chose que nous devons d’abord à notre fille, puis à une copine compatissante de l’école maternelle qui trouvait horrible que notre pauvre petite fille possède « une seule Barbie ! ». Les deux Barbie se sont bien intégrées dans notre famille. Elles possèdent plusieurs tenues (l’une d’entre elles a même une robe de sirène scintillante). Quant à l’autre, elle a changé de coiffure et arbore maintenant une coupe courte effrontée. « Ça lui va beaucoup mieux ! », affirme ma fille. De plus, elles sont toujours partantes et aiment venir avec nous en excursion ou faire les courses. Mais ces poupées passionnées de mode ne sortent pas de la maison si simplement : elles doivent d’abord se changer au moins une fois et ne partent jamais sans être coiffées. C’est assez pénible. J’imagine que la vie avec une fille adolescente doit plus ou moins ressembler à cela. Récemment, la Barbie à cheveux longs a décidé de venir avec nous à la piscine pile au moment où j’avais enfin fini de préparer nos affaires. Autant vous dire que je n’étais pas franchement ravie. Mais bon, d’accord, une poupée aussi mince ne prend pas trop de place dans le sac. Alors, on la change, on la coiffe, on la met dans le sac et on y va ! « Atteeeeends ! », s’est écriée ma fille en levant la main pour m’arrêter : « Barbie n’a pas de maillot de bain ! » Je lui ai demandé si Barbie ne pouvait pas se baigner en culotte. Son regard indigné m’a suffit comme réponse. C’est alors que je me suis souvenue de la Barbie Plage « suuuper méga belle » avec son maillot de bain imprimé, que ma fille m’avait récemment montrée en ville. Dix minutes et trois feutres indélébiles plus tard, nous avions, nous aussi, une Barbie en maillot de bain. Nous sommes alors partis à la piscine. Une fois arrivés, ma fille a généreusement tartiné Barbie de crème et lui a bien expliqué qu’il était important de se protéger du soleil. Pendant ce temps, j’ai moi-même passé de la crème à mes enfants. Puis nous sommes allés dans l’eau – avec Barbie, évidemment, qui a eu droit à une leçon de natation et a été coachée à fond sur la détection du cancer. Ensuite, j’ai payé ma tournée de glaces. Barbie n’en a pas voulu, car elles étaient toutes beaucoup trop grosses pour elle. Et puis, avec une silhouette pareille, elle est sûrement constamment au régime (j’ai gardé cette supposition pour moi, bien sûr). A ma grande surprise, ma fille non plus n’en a pas voulu, mais elle m’a demandé l’argent de la glace. Et pourquoi donc ? « J’économise pour Teresa », m’a-t-elle expliqué. Et savez-vous qui est Teresa ? Eh bien, il s’agit de la vraie Barbie Plage. Elle a des cheveux bruns, porte un maillot de bain vert menthe et va vraisemblablement emménager chez nous d’ici peu.
  • Le trampoline et les prochaines tendances

    Un blog post de Stefan Milius L’Office fédéral de la statistique est l’organisme le plus actif en Suisse. Que mangent les Suisses et les Suissesses, combien de fois circulent-ils en voiture, combien gagnent-ils : il n’y a rien qui ne soit pas étudié. Ou plutôt : presque rien. Certaines questions n’ont pas encore été abordées. Par exemple, combien de ménages suisses ont-ils un trampoline pour les enfants dans leur jardin ? Dans les quartiers habités par des familles, on a l’impression que la moitié des maisons en possèdent un, bien que son achat ne soit pas forcément très stratégique : celui qui possède un trampoline attire toute une meute d’enfants chaque mercredi ensoleillé. Ils se retrouvent dans la même situation que les propriétaires de piscine. Cependant, tout ce qui est utilisé de manière inflationniste perd de son attrait. Il n’est pas sûr que 2016 soit encore une grande année pour les cabrioles. Existe-t-il un jeu de plein air qui puisse ravir sa place au trampoline ? Notre première suggestion, fidèle à l’actualité, est un mur de tir au but. En effet, la Coupe d’Europe de football aura lieu cet été en France. Des cages en aluminium, sur lesquelles il est possible de tendre un filet en nylon résistant aux intempéries, devraient connaître un certain succès pendant que le barbecue et la télévision commencent à chauffer. Le côté pratique : une fois le filet retiré, on obtient des cages normales. L’inconvénient : sans vouloir tomber dans les clichés, ce jeu reste plutôt conçu pour les garçons, tandis que le trampoline est relativement neutre à l’égard des sexes. Deuxième suggestion : des jeux assez stéréotypés comme les sauts sur trampoline seront bientôt remplacés par des jeux interactifs. Alors qu’il faut attendre son tour sur un trampoline (la place et la résistance sont limitées), il existe des jeux de plein air qui se déroulent en équipe. Pour les enfants plus âgés (mais aussi et surtout pour les adultes), il y a par exemple le « Kubb », appelé aussi le « jeu d’échecs viking ». Dans ce jeu de stratégie, deux équipes cherchent à renverser les blocs en bois de l’adversaire à l’aide de bâtons. Le grand avantage de ce type de jeu : ils ne prennent pas (même non utilisés !) toute la place dans le jardin comme le trampoline et ils ne font pas de l’ombre exactement là où la maman stressée aurait justement voulu profiter d’un peu de soleil …
  • Jeux d'eau

    Un blog post de Nicole Simmen Pour mes enfants, le paradis revêtait la forme d’un gros seau d’eau. Farfouiller de la terre avec ma permission était leur jeu favori jusqu’à leur entrée à l’école. Dehors dans le jardin, par un après-midi ensoleillé. Lorsque la petite robe d’été disparaissait sous une couche de boue et lorsqu’ils poussaient des cris perçants. Aujourd’hui, un seau d’eau ne suffit plus; les ados préfèrent une piscine. Ou un bassin gonflable et un jeu qui mouille tout le monde. « Bunch O Ballons » : 100 ballons d’eau en une minute Bunch O Ballons qui permet de remplir 100 ballons d’eau en une minute. Véridique. Le dispositif est placé sous le robinet, les ballons se remplissent en même temps, se ferment automatiquement et sont alors prêts à être lancés. La bataille peut donc commencer, avec une bonne dose de munitions. Avec les orteils, c’est mieux Un bassin d’eau, dix objets et un chronomètre. Qui sera le plus rapide à pêcher les objets dans l’eau ? Pas avec les mains, mais avec les pieds, bien sûr ! Puis avec la bouche. Flotte ou coule ? Voici un autre quiz : les joueurs doivent deviner si un objet flotte ou coule. Des trombones, des legos, des balles de tennis, des stylos : lesquels restent à la surface et lesquels sombrent ? Le mieux est de tester. Sept sept. Ou huit. Dans un bassin d’eau flottent une vingtaine de bouchons ou de balles de ping-pong. A l’aide d’une grande passoire et en fermant les yeux, le joueur doit pêcher du premier coup un nombre déterminé de bouchons ou de balles. Qui s’approchera le plus du nombre visé ?
  • Les animaux Schleich

    Un blog post de Nadia Meier Les figurines en plastique de Schleich sont présentes dans de nombreuses chambres d’enfants. Là, les renards et les petits lapins vivent ensemble en paix dans la boîte à jouets. Les ours polaires, les lions et les pingouins sont alignés côte à côte sur les rayons. Pourtant, les animaux ont leur place dans la nature ! Alors, la prochaine fois que vous sortirez avec vos enfants, emmenez aussi les figurines. Voici quelques scènes à rejouer. La forêt des animaux Les enfants aident l’écureuil à cueillir des noisettes et le renard a besoin de toute urgence d’une nouvelle tanière. Mais que se passe-t-il ? Il y a un kangourou dans la forêt, il s’est échappé du zoo. Et, bien sûr, il faut construire un petit enclos avec des brindilles et des écorces pour qu’il ne s’évade pas à nouveau. Le jardin du Jurassique Le brachiosaure adore manger de l’herbe et des feuilles, cet herbivore paisible veut donc sortir dans le jardin. La maman tricératops va bientôt pondre des œufs et a besoin d’une grotte sûre. Est-ce que les enfants pourraient en construire une ? Il y a certainement encore de la place pour la famille dinosaure dans un coin du bac à sable. Les animaux aquatiques dans leur élément Quand les températures le permettent, les figurines Schleich peuvent aussi jouer dehors dans l’eau. Vous n’avez pas de pataugeoire ? Une bassine en plastique remplie d’eau fera aussi l’affaire. Un dauphin y trouvera place et les enfants pourront lui apprendre à faire des tours. Vous avez certainement un vieux bracelet à travers lequel l’animal pourra sauter. Dans le bassin d’à côté, Winnie l’ourson blanc a beaucoup trop chaud : il a besoin d’un rafraîchissement. Les enfants pourront peut-être le réconforter avec quelques glaçons. Et voici encore trois conseils pour toutes les aventures Schleich dans la nature : Comptez d’abord le nombre d’animaux que les enfants emmènent dehors. Le cas échéant, photographiez les figurines avec votre portable. Elles pourront ensuite servir d’avis de recherche au cas où des animaux disparaîtraient. Après l’excursion, vous pouvez laver directement les figurines Schleich dans la baignoire avec les enfants. Laissez-les bien sécher avant de les remettre dans leur boîte.
  • Voici CHiP. Ton nouvel ami !

    Un blog post de Martin Rechsteiner (Blogger invité) En face de gadgets cool, nous les grands nous retrouvons notre âme d’enfant. Cette année, pendant le Consumer Electronics Show (CES) à Las Vegas, la société WowWee a dévoilé CHiP, son nouveau chien robot, un animal de compagnie numérique intelligent qui a tout pour plaire. L’idée n’est pas nouvelle. Cela fait des années que la robotique nous offre différentes approches d’animaux de compagnie plus ou moins intelligents. Mais CHiP n’est pas seulement malin, il interagit également avec son maître. Il va sans dire que rien ne peut remplacer les vrais animaux vivants, et CHiP ne le souhaite pas non plus. Mais dans certaines situations, avoir un chien est d’un côté pas vraiment possible dans des conditions convenables et d’un autre côté peut se révéler coûteux. Et c’est alors qu’intervient CHiP. Il se sent bien même dans le plus petit des appartements, n’a pas besoin d’être sorti, ne demande aucune nourriture et ne coûte pas de taxe. Sur tous ces plans là, le nouveau robot est nettement supérieur à ses amis en chair et en os. Aspect et déplacement Ce chien ressemble à un petit chiot. Il a de grands yeux luisants de LED bleus, et tout au fond de lui se cache le cœur d’un vrai bébé chien. En effet, dans sa tête il y a tout un tas de capteurs qui lui permettent de voir tout autour de lui et donc de comprendre ce qui se passe. Pour communiquer directement avec son maître, il a aussi une puce Bluetooth en relation avec le SmartBand (un bracelet qui le fait vous reconnaître avec différents boutons pour lui donner des ordres) au moyen duquel CHiP se laisse piloter. Pour se déplacer, CHiP ne dispose pas de jambes mais de quatre roues. Grâce à elles, il est extrêmement rapide et très maniable. La vitesse et la vivacité de ses mouvements lui donnent un air encore plus réaliste. Accessoires et fonctionnalités de CHiP En plus du SmartBand déjà mentionné qui vous permet de communiquer avec votre animal de compagnie, CHiP vous est également livré avec une SmartBall pour que vous ou vos enfants puissiez jouer comme avec un vrai chien. Sur appel, il court derrière la balle et vous la ramène. Vous pouvez aussi nourrir CHiP avec l’appli disponible gratuitement. Plus vous apprenez de tours à cette petite bête, plus vous aurez de récompenses sur l’appli. En plus, elle traduit de la langue canine à la vôtre, comme ça vous comprenez toujours votre compagnon. Mais l’appli n’est pas le seul moyen de le dresser. Vous pouvez aussi adresser un compliment au petit chien directement avec le SmartBand et le féliciter. C’est comme ça que CHiP va petit à petit apprendre d’autres choses et que vous aurez de plus en plus de possibilités d’interagir avec lui. Le SmartBand offre encore d’autres manières de jouer avec CHiP, vous pouvez aussi entre autres le localiser. La troisième manière de faire comprendre des ordres à CHiP est par la parole. Vous pouvez lui dire de faire des choses, que vous l’aimez bien ou bien l’appeler quand vous ne l’avez pas sous les yeux. Il est intéressant d’observer comment CHiP se déplace dans un appartement occupé. Les capteurs mentionnés plus haut lui permettent de contourner facilement et rapidement les jouets, meubles ou autres objets sur sa trajectoire. CHiP marche à l’électricité. Quand il manque d’énergie, il revient de lui-même à sa station de recharge, se couche dans son lit et refait le plein. Le lendemain matin, il sera ainsi à nouveau prêt pour vos enfants et tout content d’apprendre de nouveaux tours. En bref Le CHiP de WowWee – un animal de compagnie malin et intelligent sans désavantages. Le SmartBand et la fonctionnalité vocale notamment enrichissent énormément son potentiel de jeu. Avec son grand nombre de fonctionnalités et toutes les possibilités offertes, ce nouvel ami de l’homme trouvera certainement bientôt une place dans ta famille. Source d'images : wowee, mashable Ici, vous pouvez découvrir plus sur CHiP.
  • Jeux pour cuisiner

    Un blog post de Nicole Simmen Ma fille aime confectionner des gâteaux, mais pas avec une ennuyeuse cuillère en bois ou un mixer bruyant. Non, elle préfère la version pour enfants. Avec des appareils et ustensiles colorés, petits et pas pratiques. Chaque fois que nous passons devant le rayon jouets, elle est immédiatement attirée par les boîtes pour confectionner des cupcakes, fabriquer des bonbons, créer des mélanges pour des cocktails incroyables ou façonner des figures en chocolat. Cette fois, je cède : nous essaierons toutes ces activités, et je souligne le « nous ». Car pour moi, cela ne fait pas de doute : si je laisse ma fille de 10 ans faire ces expériences seule, ce sera immangeable. Ou dangereux. Peu importe l’emballage de pâtisserie DIY sur lequel vous jetez votre dévolu : lisez bien les instructions pour savoir quels ingrédients vous devez acheter en sus. Pour éviter la frustration de votre enfant qui veut commencer ses préparations et constate qu’il manque la moitié des ingrédients. Pour toutes les recettes sans exception, il est nécessaire d’acheter des composants supplémentaires, p. ex. du chocolat, du sirop de glucose, du jus de fruit ou du beurre. Les formes en chocolat et les sucettes ne sont pas trop sorciers. Nous avons acheté pour cela les formes en silicone de la série « So cook ». Il suffit de faire fondre le chocolat, de remplir les formes et de les laisser refroidir. L’attention est par contre de mise lors de la préparation des sucettes : le sucre doit être réduit en sirop qui devient alors extrêmement chaud et collant. Ce sont donc les adultes qui doivent s’occuper de cette étape. Et si vous ne lavez pas rapidement la poêle contenant le sirop coloré, vous retrouverez ensuite un bloc de béton coloré. Deux heures plus tard, les sucettes sont sèches et prêtes à être dégustées. Le « kiosque à bonbons » est quant à lui un véritable laboratoire de chimie. On y mélange les poudres gélifiantes, pesées au gramme près, les couleurs sous forme de gouttes et un peu d’acide citrique. Mais cette opération requiert de l’aide. Car pour remplir les minuscules formes, il s’agit d’avoir la main sûre. Les bonbons ne durcissent pas complètement, mais restent mous comme les oursons gélifiés. Et au niveau du goût, ils sont pas mal. Nous nous attaquons pour terminer aux cupcakes et aux whoopies. Dans l’emballage, on trouve de la déco, un emporte-pièce, des idées de décoration, des petits moules et un présentoir à gâteaux. Les recettes incluses sont bonnes, mais ma fille s’intéresse plus à la décoration. Pour faire ses whoopies, elle découpe des ronds dans le biscuit refroidi, puis les assemble deux à deux à l’aide d’une crème au nutella. Pour ces biscuits, nous aurions pu nous passer de la boîte de jeu, mes emporte-pièce et une poche à douille auraient fait pareil, mais ma fille n’est bien sûr pas d’accord : avec mes ustensiles, on ne peut pas faire de whoopies. Je la laisse croire ce qu’elle veut et continue de travailler le reste de la masse pour sucettes.
  • Pourquoi le cirque rassemble des générations

    Un blog post de Stefan Milius Je ne suis pas retournée au cirque depuis mon enfance. Pourquoi ? Difficile à dire. Je pensais peut-être que ce n’était pas fait pour les adultes, ou bien je me disais : « Y aller une fois, c’est suffisant; c’est toujours la même chose : des artistes, des animaux et des clowns sous un chapiteau. » En plus, il me suffit aujourd’hui d’appuyer sur le bouton de ma télécommande pour voir des performances artistiques et des comiques, et découvrir le monde animal à la télévision. Alors, franchement, pourquoi aller au cirque ? 2016 aura été l’année de ma conversion : je suis allée au Cirque Knie avec mes filles de 5 et 7 ans, parce qu’en Suisse cela fait tout simplement partie de l’enfance et parce qu’à leur âge elles ne pouvaient pas vraiment s’y rendre toutes seules. Une fois sur place, je me suis demandé comment j’avais pu oublier à quel point cet univers était merveilleux. J’étais un peu en colère contre moi pour avoir fait une pause artistique de près de 30 ans. Toutes ces années perdues me désolaient, car j’avais tort. Totalement tort. Oui, il y a toujours des artistes au cirque. Oui, les animaux restent, aujourd’hui encore, un élément central du spectacle. Oui, on mange une glace avec les enfants pendant l’entracte. Et oui, il y a des numéros de clowns. Mais la comparaison avec des émissions de télévision quelconques est absurde et indéfendable, car aller au cirque est une expérience globale. Ce sont les orgues de Barbarie qui vous accueillent avec leur musique de fête foraine, l’odeur du pop-corn et de la barbe à papa, les employés vêtus de leur caractéristique costume rouge aux boutons dorés, ou encore les animaux qui attendent leur passage dehors sous un pavillon. Mais c’est surtout le spectacle en lui-même, ce mélange incomparable de passion et de perfection ultime. Mes filles n’ont pas vraiment pris conscience que les acrobates réalisaient des numéros exceptionnels, car elles n’avaient pas de point de comparaison, mais elles se sont émerveillées. Elles ne se sont pas non plus rendu compte du travail que représentaient les numéros avec les animaux, mais ce qu’elles ont vu les a fascinées. Pendant deux heures, elles sont restées admiratives, les yeux pétillants et, surtout, silencieuses. Jusqu’à présent, seul le cirque a réussi cette prouesse. Quant à moi, je n’ai eu, pour être franche, d’yeux que pour un seul artiste – ou presque : David Larible. Je ne sais pas comment se mesurent les performances d’un clown mais une chose est sûre : je pourrais le regarder pendant des heures. Qu’il soit seul dans le manège ou accompagné de spectateurs qu’il vient chercher à leur place et intègre à ses numéros de façon amusante, son humour est renversant et reste bon enfant. Pas étonnant que, cette année, le programme de Knie s’appelle « Smile ». Alors, je l’avoue : lorsque, à la fin du spectacle, David Larible s’est retransformé en « civil » devant le miroir, j’en ai ravalé ma salive. Il ne s’agissait plus de simples pitreries mais de poésie. En quittant le cirque, mes filles m’ont demandé si nous y retournerions. « Bien sûr », ai-je dit, « mais seulement l’année prochaine quand il y aura le nouveau programme. Sinon, nous verrions la même chose », leur ai-je expliqué. Et, d’une seule voix, elles m’ont répondu: « Et alors ? » Exactement. Et alors ? La 98e tournée débutera le 17 mars 2016 et sera présentée dans 41 lieux sur le territoire suisse entier, jusqu'au 20 novembre 2016. KNIE
  • Bulles de savon

    Un blog post de Nadia Meier Petite énigme : qu’est-ce qui est constitué de presque rien, se casse très rapidement et rend les enfants heureux ? C’est exact, une bulle de savon. Un petit flacon de bonheur peut être acheté à bon marché. Naturellement, il est aussi possible de préparer le mélange soi-même : on peut trouver différentes recettes pour cela sur Internet. Comme j’ai rarement le temps de me livrer à de telles expériences, je préfère acheter un énorme seau de Pustefix : deux litres et demi de plaisir en bouteille ! Les enfants peuvent tout de suite commencer à souffler, à faire éclater les bulles ou à trouver encore d’autres sources de plaisir avec ces objets volants notoirement irisés. Cependant, il est toujours pratique d’avoir quelques idées en réserve pour les grands moments d’ennui. Par exemple : Des bulles à la main Il est extrêmement facile de faire des bulles au moyen de l’anneau en plastique. Mais comment faire sans ? En joignant le pouce et l’index et en plongeant le cercle ainsi obtenu dans le mélange de savon, il se forme une pellicule de savon. En soufflant de façon optimale, avec beaucoup d’entraînement et de patience, les enfants peuvent aussi fabriquer leurs propres bulles de savon. Les Jeux olympiques des bulles de savon Lorsque les groupes sont assez grands, par exemple lors d’une fête d’anniversaire, on peut alors lancer un concours de bulles. Les enfants se mesurent dans diverses disciplines : qui peut faire la plus grosse bulle ? Qui fera la plus petite ? Qui peut attraper une bulle dans sa main sans qu’elle se casse ? Quelle bulle tient le plus longtemps ? Qui peut faire des bulles jumelles ? Après toutes ces activités, les enfants seront à coup sûr à bout de souffle. Garage automobile Quand il pleut dehors, c’est un jeu idéal pour la table du balcon. Il faut une plaque de four, une paille et des petites voitures. Le liquide est versé sur la tôle. Ensuite, on souffle doucement avec la paille pour obtenir une grande moitié de sphère puis on essaie de faire avancer une voiture jusqu’au milieu de la bulle. Pour cela, elles doivent d’abord être enduites du liquide, sinon la bulle éclate. La méthode la plus efficace est de placer les voitures à côté de la bulle et de les pousser à l’intérieur d’un petit coup. La saison des bulles de savon est revenue ! Ces bulles fragiles aiment les temps humides mais pas la pluie, bien sûr. Le mieux est de les faire tôt le matin ou tard le soir. J’autorise aussi les sessions late night à partir de la chambre à coucher des enfants. Elles ont pour effet de les calmer et de les détendre. A moins bien sûr que la bouteille se vide. Dans ce cas, il n’y a pas que le liquide à bulles qui coule, mais aussi des larmes d’enfant. Eh oui, le bonheur est éphémère. Disponible au magasin: BomBom Bubbles
  • Jeux de voyage

    Un blog post de Nicole Simmen « Les vacances commencent dès la porte de la maison ». Je déteste cette expression, très certainement prononcée par des personnes qui n’ont pas d’enfants. Car un voyage avec des enfants est tout sauf des vacances. On doit compter avec de longues heures d’attente pendant lesquelles il faut se tenir tranquille. A l’aéroport, dans l’avion, la voiture ou le train. Et à un certain moment, même les jeux sur smartphones sont ennuyeux. Ou pire encore, il n’y a pas de Wi-Fi. Que faire ? Ces sept jeux vous permettront de vaincre l’ennui en voyage. Au moins pendant une demi-heure. Ils sont tous légers, pratiques et on peut y jouer presque partout. Même en vacances, lorsque vous attendez votre pizza, vos pâtes ou votre paella au restaurant. « MimiQ » : faites le singe Dans ce nouveau jeu de cartes, similaire au Ramoneur, on ne demande pas de carte à ses adversaires, mais on montre la grimace recherchée. Le joueur qui a rassemblé les trois grimaces identiques peut garder la famille. « Story Cubes » : raconte-moi une histoire ! Les neuf dés décident quels symboles et images serviront de base pour improviser une histoire. Qui fera preuve de fantaisie et racontera la meilleure histoire ? « Dobble » : pour un regard vif Sur la cinquantaine de cartes sont représentés à chaque fois 8 symboles. Deux cartes ont toujours un symbole commun. Qui sera le plus rapide à le découvrir ? « Drecksau » : jeu de carte culte Ce classique est également pratique à emporter. Pour remporter la victoire, il faut salir le plus rapidement possible les cochons propres de ses cartes. « The Game » : très addictif A remporté le prix de la critique lors du « Spiel des Jahres ». Il s’agit d’un jeu d’équipe où la tâche est simple: poser dans des colonnes les chiffres de 1 à 99. « Rush Hour » : lorsque plus rien ne va Comment sort-on la voiture rouge du bouchon ? Ce casse-tête peut se jouer seul ou à plusieurs. La version voyage est adaptée à la tablette des sièges des avions. « Salade de cafards » : et la langue fourche Dans ce jeu d’adresse ultrarapide, une tomate devient soudain un chou-fleur. Et si l’on n’est pas très attentif, la confusion s’installe et le perdant récupère toutes les cartes.
  • Jouer avec des craies de trottoir

    Un blog post de Nadia Meier Le trottoir qui passe devant notre maison est la plus grande feuille de papier du monde. Et lorsque le printemps revient, les chefs-d’œuvre multicolores sont aussi de retour et recouvrent le gris du goudron. Les motifs les plus surprenants apparaissent : des papillons multicolores, des soleils violets et des peintures folles. On peut aussi lire des messages tels que « HOP SION » ou « LUIS + MIA = La pluie efface tous les dessins et fait de la place pour les suivants. Des exemples ? Voici quatre idées pour des jeux avec des craies de trottoir. Des mandalas à la craie Aidez les enfants à dessiner un grand mandala sur le sol. Un simple petit mandala à colorier peut servir de modèle. Eventuellement, vous pouvez aussi marquer d’une croix les champs d’une certaine couleur. Le grand coloriage peut alors commencer. Chat perché Délimitez un grand terrain à la craie bleue. Chaque enfant peut ensuite dessiner un poisson dans cette mer. Dessinez aussi quelques îles. Lorsque les dessins sont terminés, le jeu peut commencer : le chat doit essayer d’attraper les autres enfants. Ceux-ci sont en sécurité sur les îles mais ne peuvent y rester que jusqu’à ce que le chat ait compté jusqu’à trois. Fabrique de poudre Nous avons déjà fait des craies nous-mêmes avec du plâtre. Pour cela, vous pouvez trouver diverses instructions sur Internet. Toutefois, mes enfants ont presque plus de plaisir à faire l’inverse. C’est très facile avec une vieille râpe à citron. Et que peut-on faire avec de la poudre de craie ? Par exemple frotter de grandes pierres ou mélanger différentes couleurs et l’utiliser comme poudre magique : d’après ma fille, elle attire les licornes. Séance de photos Ce jeu convient aux enfants plus âgés qui peuvent déjà utiliser eux-mêmes un appareil photo ou un smartphone. Les enfants peuvent faire les dessins les plus divers sur le sol, comme une glace ou un chien avec sa laisse. Ensuite, ils se placent par terre de façon à obtenir une image amusante : par exemple un garçon qui lèche une glace ou une fille qui promène son chien. Un seul clic suffit et la scène multicolore est enregistrée pour l’éternité. Ainsi, le souvenir restera, même après la prochaine pluie.
  • Doudou préféré ?

    Un blog post de Nadia Meier A la naissance, la plupart des bébés reçoivent déjà bien plus de doudous qu’ils ne pourront en câliner tout au long de leur vie. Certains enfants ne s’intéressent absolument pas à ces peluches en forme de nounours, de lapin ou de chien. D’autres, en revanche, tombent instantanément amoureux d’une peluche en particulier. En psychologie, on parle alors d’objet transitionnel. Un doudou préféré. Chez notre fils, il s’est agi pendant longtemps d’un singe appelé Frank. C’est bien : le doudou accompagne l’enfant tout au long de la journée, il le réconforte et lui fournit un agréable sentiment de sécurité au moment de s’endormir. Bref, Frank était indispensable. Notre fils ne mangeait du chou-fleur que si Frank l’avait préalablement goûté. Et lorsqu’il se faisait mal et qu’il lui fallait un sparadrap, la douleur était vite oubliée dès que Frank devait aussi être soigné. Bref, un doudou est résolument pratique. Mais quel drame lorsque Frank était introuvable! Oublié à la crèche, dans le bus ou chez Grand-Maman ? S’endormir sans Frank ? Mission impossible ! Nous avons passé des heures à sécher des larmes et à chercher ce doudou si précieux avec une lampe de poche. Fort heureusement, Frank est toujours réapparu. Votre enfant a aussi un Frank ? Alors lisez ces précieux conseils: Dès que votre enfant aura jeté son dévolu sur un doudou, pensez à en acheter rapidement un deuxième, voire un troisième. Ne coupez pas l’étiquette ! Inscrivez-y votre numéro de téléphone. Faites une photo du doudou. Vous en aurez peut-être besoin pour un éventuel avis de recherche … Veillez à ce que le doudou principal et ses remplaçants s’usent au même rythme. Pourquoi ? Si votre petit perd l’original après six mois, vous ne pourrez pas lui présenter simplement un nouvel exemplaire. Il remarquera instantanément qu’il ne s’agit pas de son fidèle compagnon. Oui, son vrai doudou est tellement plus doux, peut-être même un peu poisseux, et son odeur est unique. Tout ce que le nouveau doudou n’a pas ! Les remplaçants sont aussi pratiques, car le doudou principal doit bien passer à la machine à laver de temps en temps. Vous n’avez pas de remplaçant ? Alors lavez le doudou en cachette pendant la nuit, ou baignez-le en même temps que votre enfant. Et si le doudou devait vraiment disparaître, alors Internet peut être une aide précieuse. Des remplaçants sont proposés sur plusieurs sites Internet. Googlez simplement « doudou perdu ». Bonne chance !
  • Un jeu d’enfant : splendides cakes pour les fêtes à thème

    Un blog post de Nicole Simmen En tant que maman, il faut parfois se surpasser. Cela commence à la naissance de l’enfant, puis se reproduit, année après année, à son anniversaire : pour la préparation du plus beau gâteau d’anniversaire du monde. Il n’est pas question que l’enfant souffle ses bougies piquées sur un ennuyeux kouglof. Son gâteau doit abriter un cirque complet ou une horde de Minions ; on souhaite un gâteau Barbie ou des maisons de Schtroumpfs avec tous leurs habitants. Gardez votre sang-froid, vous y parviendrez. Avec un simple cake que vous enroberez de fondant, puis garnirez de figurines déjà prêtes. Voilà comment faire : Cuisez un cake à partir d’une recette facile, en utilisant un moule carré démontable. Il peut s’agir d’un cake au citron, au chocolat, marbré, aux carottes, bref ce que votre enfant apprécie. Le cake ne doit pas être trop humide afin que son centre ne risque pas de s’effondrer. Un mélange à cake déjà prêt peut aussi faire l’affaire. Enrobez votre gâteau refroidi de fondant de couleur. Cette pâte au sucre est un peu moins collante que le massepain et les grands distributeurs la proposent en différentes couleurs. Bleu pour la mer, vert pour le sol de la forêt, jaune pour le manège. Renversez votre cake afin que la surface bien plate se trouve dessus et badigeonnez-en tout l’extérieur de confiture ou de ganache de chocolat (chocolat fondu avec de la crème). Puis malaxez le fondant jusqu’à ce qu’il devienne mou et étalez-le finement sur un peu de sucre glace. A l’aide du rouleau à pâte, posez-le sur le gâteau. Il suffit alors de bien appuyer tout autour. C’est aussi facile que cela : Lien vidéo Décorez votre gâteau. Utilisez pour cela de « vrais » Schtroumpfs, des figurines, des miniatures, des personnages à collectionner, des petits animaux ou des plantes pour jouer que l’enfant pourra ensuite garder. En passant du massepain vert dans le presse-ail, vous obtenez de l’herbe. Pour fabriquer de la neige, battre fermement de la crème entière. Avec un peu de fantaisie et de patience, mais sans trop d’efforts, un splendide univers verra le jour sur votre gâteau. Egalement très facile : la chenille-muffin et le gâteau Barbie Chenille-muffin gourmande Ce gâteau est particulièrement pratique pour les fêtes d’anniversaire à l’école ou au jardin d’enfants, car il se compose de portions toutes prêtes et ne nécessite pas de couteau. Cuire le nombre de muffins souhaités puis les décorer avec une crème au beurre teintée de vert. Recouvrir le muffin de massepain rouge. Créer les yeux et les pattes avec de la gomme, des Smarties ou de la réglisse. Gâteau Barbie Pour réaliser le gâteau Barbie, on revêt une authentique Barbie de vêtements comestibles. Il suffit de placer des pâtisseries rondes de différentes tailles les unes sur les autres. Ensuite, on découpe un trou au milieu (pour la Barbie) et on recouvre le tout de fondant. Des instructions précises sont disponibles ici : Lien vidéo
  • « Jouet de l’année »

    Un blog post de Nicole Simmen La récompense de « Jouet de l’année » est prometteuse d’un plaisir particulièrement intense pour les enfants et les jeunes. Un jury allemand spécialisé désigne chaque année le jouet qui l’emporte sur tous les autres. Mais les jouets pour enfants couronnés de ce titre sont-ils vraiment d’une telle excellence ? Et quel est le meilleur parmi les meilleurs ? C’est ce que je veux découvrir avec mes enfants (10 et 12 ans), en testant les « Jouets de l’année » 2013, 2014 et 2015. « La Tour enchantée », jouet de l’année 2013 Déroulement : L’objectif consiste à libérer la princesse emprisonnée dans le château. Les joueurs doivent trouver une clé susceptible d’ouvrir la bonne porte du château. Le magicien qui possède cette clé l’a cachée secrètement sous l’une des 16 plaquettes. La course commence : Robin, le courageux, et le magicien veulent tous deux être le premier à obtenir la clé. Grâce à des figurines magnétiques, la clé sort automatiquement de son trou lorsqu’on passe dessus. Recommandé à partir de 5 ans. Réaction des enfants : Ils comprennent bien les instructions succinctes et peuvent immédiatement jouer de manière indépendante. Une partie ne dépasse pas 10 minutes et ils peuvent alors y ajouter plusieurs revanches. Ma fille aînée a perdu après un moment son intérêt pour ce jeu conçu de manière très simple, alors que sa petite sœur pourrait continuer pendant des heures. Mon bilan : Ce jeu est expliqué de manière très sympathique et son matériel est de qualité. Comme ce jeu de dés nécessite de la chance et une bonne mémoire, enfants et adultes disposent pratiquement des mêmes chances. Comme les parties sont courtes, le jeu reste varié, mais pour les enfants de plus de 10 ans, il devient vite ennuyeux. « Geister, Geister, Schatzsuchmeister » (Chasse au trésor, jouet de l’année 2014) Déroulement : Dans ce jeu de société, les joueurs combattent en équipe les fantômes du manoir. Ils doivent unir leurs forces pour vaincre les monstres. La réussite dépend de la chance aux dés et d’une bonne stratégie. Les participants doivent rassembler des trésors, combattre les fantômes puis s’échapper du manoir avant que tout ne soit hanté et, donc, qu’ils aient tous perdu. Réaction des enfants : Bien que ce jeu soit recommandé à partir de 8 ans, ils sont dépassés par les instructions. Alors j’interviens, mais j’avoue avoir aussi de la peine. Le monde des fantômes plaît beaucoup aux enfants. Toutefois, en raison des nombreuses incertitudes et de la nécessité de consulter les instructions à plusieurs reprises, ce jeu ne peut pas se dérouler harmonieusement et de manière fluide. Mon bilan : Le matériel est de qualité moyenne. Notre plateau de jeu a tendance à se courber et nous devons le lester. Le monde des fantômes dispose d’un certain potentiel. En revanche, les instructions peu claires et même parfois erronées sont pénibles. Si l’on veut essayer « Geister, Geister, Schatzsuchmeister », il faut d’abord prendre le temps de le comprendre. Ensuite, une pratique suffisante permettra certainement à cette lutte contre les fantômes du manoir de devenir passionnante. « Spinderella », jouet de l’année 2015 Déroulement : Les fourmis veulent traverser la clairière, mais trois grosses araignées se balancent au-dessus d’elles. Si elles ne font pas attention, les fourmis sont capturées et replacées au point de départ. Il faut avoir la main heureuse avec les dés et prendre les bonnes décisions. Est-ce que je préfère conduire mes fourmis en sécurité ou plutôt attaquer les autres avec Spinderella ? Réaction des enfants : Ils commencent par se précipiter sur ce jeu car son nom et l’emballage éveillent leur curiosité. Le sol de la forêt et la toile d’araignée sont jugés très amusants, au même titre que le mécanisme magnétique grâce auquel Spinderella attrape les fourmis. La fièvre du jeu est présente du début à la fin, et tous veulent immédiatement recommencer. Mon bilan : L’idée du jeu n’est ni trop simple, ni trop complexe. Cela explique que le plaisir est aussi grand pour les enfants que pour les adultes. Bien écrites, les instructions sont illustrées, et le matériel est de qualité. « Spinderella » mérite incontestablement le titre de « Jouet de l’année 2015 ». Pour les enfants comme pour moi, « Spinderella » est le meilleur des meilleurs.
  • 5 jouets qui énervent les parents

    Un blog post de Nadia Meier Ce sont les chicken nuggets des jouets : ils sont extrêmement appréciés par les enfants, mais tout juste tolérés par de nombreux parents. Je me souviens encore du jouet dont je rêvais quand j’étais petite : un chiot en peluche qui courait et qui aboyait. Mes parents se sont arrangés pour que je ne l’aie jamais. Aujourd’hui, je suis aussi devenue une maman et je peux le comprendre : ces objets sont vraiment agaçants ! Alors, voici cinq autres jouets extrêmement populaires qui ne font pas vraiment plaisir aux parents. Le plastique bruyant Que ce soit des laptops, des pianos ou des téléphones, ces objets en plastique avec des piles ont tous quelque chose en commun : ils font du bruit. Les enfants peuvent s’amuser sans fin en appuyant sur les touches multicolores. Des mélodies stridentes retentissent tout comme des bruits d’animaux. Au bout de la 138e « Old MacDonald had a farm », même le cerveau du plus patient des parents est complètement ramolli. Pendant ce temps, l’enfant babille avec enthousiasme : « Encore une fois ! » Lego ! oui, Lego ! En principe, les Lego sont quelque chose de formidable, d’une grande valeur pédagogique et facteur de créativité. En principe ! Jusqu’à la nuit où l’on va pieds nus auprès du lit d’un enfant en pleurs et que l’on marche sur des briques mal rangées. Après ça, les pensées ne sont plus les mêmes. Le Slime Il pue, il est gluant et il peut même péter : le Slimy. Enfant, je renonçais aux sucettes et je dépensais mon argent de poche pour cette masse verte. Aujourd’hui, je roule des yeux quand je vois mes enfants faire la même chose. Gare à celui qui le fait atterrir sur le canapé ! Les pistolets Nerf Ce sont les pistolets de la nouvelle génération : les fusils avec des cartouches en plastique de la marque Nerf – tout simplement énervant. Chez nous, les armes sont un sujet délicat, c’est pourquoi aucun pistolet ne rentre dans la maison. « Ça craint ! », estime mon fils avant d’aller passer des heures à jouer avec la chose chez son ami. Les balles en caoutchouc La balle en caoutchouc : petite, multicolore, un cadeau très apprécié par les enfants. Mais attention : les balles en caoutchouc rebondissent de manière incontrôlée dans l’appartement et elles font du bruit. Et pourquoi en avons-nous quand même sept ? Mon fils, ce petit malin, a voulu en recevoir une de la part de chacun de ses invités à son anniversaire.
  • Elastique et Mini-Lük

    Un blog post de Nicole Simmen En plein trafic, je regarde ma fille de 12 ans et sa copine assises sur le siège arrière. « Amusons-nous », dit l’une à l’autre. Inconsciemment, je baisse la radio. Signal d’alarme ! Je jette un regard dans le rétro ; elles font des messes basses. Au premier feu rouge, je me retourne et je vois que l’une d’elles a tendu une ficelle entre ses mains. Et soudain, me voici revenue dans le passé : les jeux de ficelle ! « Ne pose pas de question, je t’explique plus tard comment ça marche », me dit ma fille. Quoi ? Et quelle sera la prochaine étape ? Que mon ado de fille me parle de Robbie Williams et des Backstreet Boys ? Mais non, ça fait clairement partie de mon territoire. Les jeux de ficelle étaient LA tendance des cours de récré dans les années 80. Lorsque les doigts n’avaient pas encore d’écrans tactiles à tapoter, mais qu’ils voulaient quand même trouver quelque chose à faire. A chaque pause, nous sortions une ficelle pour créer les figures les plus folles. Et soudain, ce jeu fait un comeback dans ma voiture. Cela me rappelle une leçon d’élastique que je voulais donner il y a quelque temps à mes filles. Sauter par-dessus, sauter sur les fils de l’élastique, croiser l’élastique : cela faisait partie de notre quotidien. Ma copine Sarina réussissait même à jouer avec un élastique à hauteur de cuisse. J’ai expliqué à mes enfants les bases, à hauteur de la cheville. Et j’ai vite remarqué que les sauts à l’élastique étaient vraiment plus simples à mon époque. Je n’arrivais pas à faire de sauts et le tutoriel YouTube n’était pas d’une grande aide. Après un quart d’heure, mes enfants m’ont laissée seule, emmêlée dans mon élastique. Quel jeu stupide. Parlons également des jouets qui n’avaient pas besoin de faire leur retour, car ils n’ont jamais disparu. Le Rubik’s Cube qui rend perplexe une génération après l’autre, par exemple. Et le Mini-Lük a toujours sa place dans les salles de classe. Le bateau de pirates Playmobil de mon frère reprend la mer et mon mari va bientôt commencer une collection de Schtroumpfs pour les petits-enfants. Seul l’un des favoris de mon enfance reste un vrai mystère pour mes enfants : le walkman.
  • Casse-tête : les jeux de logique passent sur le gril

    Un blog post de Nicole Simmen Mes enfants, 10 et 12 ans, sont désormais des adversaires de jeu à prendre au sérieux. Fini le temps où il fallait les ménager pour éviter qu’ils ne quittent la table de jeu en pleurs. Bien au contraire : ils sont parfois bien plus doués que les adultes – pour les jeux de logique et de réflexion, par exemple. Ces casse-tête présentent de véritables défis, autant pour les enfants que pour les adultes. Ils exigent de l’imagination spatiale et une bonne aptitude combinatoire. Voilà, le défi est lancé : les enfants et moi jouons chacun à six jeux de logique et de réflexion. Qui les résoudra le plus rapidement ? Des mains agiles : le Flex-Puzzler Les 12 cubes sont reliés par un élastique et peuvent être manipulés dans tous les sens. Il s’agit de créer 80 figures différentes en deux ou trois dimensions. Mes enfants viennent facilement à bout des 30 premiers défis, moi aussi d’ailleurs. Le Flex-Puzzler procure du plaisir car on réussit. Mais les figures deviennent plus complexes. Je n’ai aucune chance face à l’imagination spatiale de ma fille aînée : elle a plusieurs longueurs d’avance sur moi. La boule futée : le Cosmo Le fonctionnement du Cosmo est similaire à celui du Rubik’s Cube – en moins difficile. Les 12 boules peuvent être enfoncées et déplacées une par une. A la fin, chaque boule doit se trouver dans l’anneau de la même couleur. Ce jeu implique un certain talent combinatoire, de la chance et un peu de force dans les mains. Ma plus jeune fille a renoncé après deux défis parce qu’elle avait mal aux doigts. L’aînée et moi sommes restées au coude-à-coude pour finir en match nul ! Pour les magiciens : les casse-tête en métal Dans ce jeu, il s’agit de séparer différents éléments en métal imbriqués. Ce qui semble impossible de prime abord fonctionne finalement presque tout seul. Il suffit de trouver la bonne manipulation ! Avec de la persévérance et une once de chance, il arrive que l’on trouve le bon geste … par hasard. Le bémol : on ne peut pas reproduire la solution. Ces casse-tête sont l’idéal pour les magiciens qui veulent épater leur public, mais ils le sont moins pour ceux qui aiment les jeux de logique et de réflexion. Le classique : Moving Puzzle Ce carré casse-tête me rendait déjà dingue quand j’étais enfant : lorsque je réussissais à placer tous les chiffres au bon endroit, les deux derniers étaient forcément intervertis. J’avais alors le choix entre tout recommencer depuis le début, ou arracher les petits carrés de force pour les replacer dans le bon ordre dans le petit cadre. Je ne choisissais la deuxième option que dans certains cas extrêmes, bien évidement. Une certaine perspicacité, propre aux adultes, peut être utile pour résoudre ce jeu. Ou est-ce le souvenir traumatique de mon enfance qui m’a donné des ailes ? En tout cas, j’ai devancé mes enfants. A s’arracher les cheveux : Logikus Puzzler Ce jeu, plus que les autres, peut rendre fou ! Douze éléments différents doivent être combinés, comme pour un puzzle. Et ce sur une surface plane ou en forme de pyramide 3D. Ce casse-tête fascinant comprend 101 situations de départ : pour les débutants comme pour les experts. Généralement, il reste juste une petite pièce qui ne trouve pas sa place à la fin, et il s’agit alors de tout recommencer à zéro. Mes enfants ont un net avantage : ils ont ce jeu depuis des années. Et je dois l’admettre : il y a certaines choses qu’ils n’oublient jamais ! Aïe. Totalement perdu : Temple-Trap Dans ce jeu de labyrinthe, il s’agit de déplacer des murs jusqu’à ce que la figurine puisse quitter le temple maudit, sans avoir été dévorée par le crocodile. Quarante-six défis de niveaux différents n’attendent qu’à être résolus. Les premiers défis sont l’idéal en guise d’échauffement, mais tout se complique dès le niveau moyen. J’avoue que j’ai dû jeter un coup d’œil aux solutions pour éviter que mon chevalier du temple ne croupisse dans le labyrinthe. Cela va sans dire : mes adversaires m’ont disqualifiée. Tous les jeux de logique et de réflexion testés coûtent entre CHF 5.95 et CHF 19.95.
  • La chenille se transforme en dragon

    Un blog post de Stefan Milius Les jouets de qualité sont exempts de date de péremption, mais l’intérêt que portent les enfants aux objets n’est pas éternel. Ce qui fait leur plaisir à un âge donné risque bien de les ennuyer quelques mois plus tard. Il est très rare qu’un enfant de dix ans joue encore frénétiquement avec un hochet de bébé. Mais que faire ? Pour de nombreux parents, jeter de tels objets est hors de question. L’anneau de dentition mâchouillé par le premier-né est accompagné d’une telle charge émotionnelle qu’il est impossible de l’éliminer. Il faut donc envisager le recyclage. La solution la plus simple est de faire d’autres enfants. Mais qui est prêt à avoir une douzaine d’enfants pour pouvoir utiliser le plus longtemps possible un ours en peluche d’une valeur de CHF 29.90 ? En faire cadeau à d’autres est une belle idée, mais soyons objectifs : de nos jours, plus personne ne manque de rien ! On peut résoudre ce problème en transformant le jouet en fonction des goûts de l’enfant grandissant, ou lui trouver une utilisation inédite. Par exemple, le hochet de bébé peut représenter un instrument de percussion intéressant pour le groupe musical de la maison, à condition qu’il soit fraîchement repeint (les percussionnistes de hard rock ne sont pas particulièrement adeptes du rose). Des jouets en bois revêtus d’une nouvelle couche de couleur retrouveront tout leur intérêt visuel pour le groupe d’âge suivant, alors que l’adorable locomotive en bois, agrémentée par exemple d’une tête de mort, devient un train fantôme parfait. Et si, avec un peu d’habileté en matière de chirurgie cosmétique, et à grand renfort de fil et d’aiguille, on améliore le charmant mille-pattes en peluche si rassurant pour s’endormir, il peut se transformer en dragon sauvage. Il suffit pour cela de broder sur son adorable sourire une hideuse grimace en tirant les coins de la bouche vers le bas. Il existe bien sûr des défis de plus grande envergure. Si l’on souhaite « vendre » à des enfants d’âge scolaire une aire ludique de bébé se composant d’un douillet tapis, de suspensions en étoffe et de fermetures velcro, un effort d’imagination est nécessaire … ou non, car il suffit de jeter dessus une couverture afin d’obtenir une grotte de pirate. Elle sera suffisamment sombre pour que l’on n’aperçoive plus les motifs embarrassants de Hello Kitty. Et surtout : ne vous lancez dans des changements permanents de jouets de bébé qu’après avoir la certitude d’avoir bouclé votre planning familial, car il est malheureusement beaucoup plus compliqué de transformer le monstre crachant du feu en douce petite chenille en peluche.
  • Robocop-Barbie et amour pour un bandit

    Un blog post de Stefan Milius Habillez-vous volontairement votre petite fille en gris, noir ou brun ? Vous n’êtes pas la seule ! Opter pour le rose juste parce que son enfant n’a pas de zizi est dépassé. Au vent les stéréotypes de sexe ! A la question « C’est une petite fille ou un petit garçon ? », les parents modernes répondent : « Il pourra le décider à 18 ans. » Le boycott des couleurs ne sert toutefois à rien. Les filles ont le rose dans les gènes. Tout comme il ne fait aucun sens de donner à un garçon un oiseau en plastique pour lancer de l’eau, en lieu et place des traditionnels pistolets. Il le regardera dubitativement avant de l’utiliser comme projectile pour marquer le début des hostilités contre Kevin dans le jardin d’à côté. Il est également inutile d’aller à l’encontre des gènes dans les principes éducatifs. Vous pouvez tenter l’expérience si vous avez une fille et un garçon. Avant les prochaines vacances, emballez une Barbie et un policier Playmobil. Expliquez ensuite à vos bambins qu’IL doit s’amuser exclusivement avec la Barbie et qu’ELLE doit jouer à la police et au voleur. Ainsi, vous libérerez certainement vos enfants du carcan des rôles de genre. Ou peut-être pas. Votre garçon va raser la Barbie, la mettre en pièce et la transformer en une espèce de Robocop-Terminator à la manière de Transformers. Votre fille imaginera quant à elle une magnifique love story entre la policière et le bandit (qui a naturellement un bon fond). La policière renoncera à son métier pour se consacrer uniquement à son rôle de maman. Et votre petite fille offrira la voiture de police à son frère pour que le monstre Barbie ne doive pas se déplacer à pied. Quelle leçon en tirer ? N’essayez pas de jouer avec Mère Nature. Achetez plutôt un chouette jeu de société. Vous arriverez peut-être à gagner une ou deux fois.
  • Mon plus beau cadeau de Noël : souvenirs de célébrités

    Un blog post de Nicole Simmen Le paquet se trouvait depuis longtemps sous l’arbre de Noël. Nos yeux brillaient, car on l’attendait depuis si longtemps. On n’oublie jamais le plus beau cadeau de Noël de son enfance. C’est ce que révèle un sondage effectué auprès de Suissesses et de Suisses célèbres. « C’était un train électrique Märklin, que j’avais reçu à six ans pour Noël. La boîte contenait une locomotive à vapeur, deux voitures voyageurs, dix éléments de voie qui constituaient un ovale une fois assemblés et un transformateur. On pouvait faire reculer ou avancer le train, qui devait accélérer prudemment pour éviter de dérailler. Bien des années plus tard, j’ai visité, avec mon frère et mon père, le plus grand chemin de fer miniature du monde à Hambourg. Mon père avait alors 75 ans et j’affichais quant à moi plus de 40 ans. Mais nous nous étions amusés comme des gamins. » Röbi Koller, animateur « Happy Day » « Mon cadeau de Noël préféré était une poupée que j’avais baptisée Tina. Je l’aimais plus que tout parce qu’elle avait un beau visage et de longs cheveux blonds d’ange. Malheureusement, dans les mois qui ont suivi, je les ai tellement brossés qu’ils avaient plutôt l’air de brins de paille. Tina est toutefois restée ma seule poupée, qui devait m’accompagner partout. Parfois, elle m’énervait, car la rigidité de ses bras et de ses jambes m’empêchait de la déshabiller et de l’habiller. Ca me mettait les nerfs en boule. Tina a survécu jusqu’à ce jour, même si elle a passé un triste séjour dans le tréfonds de notre cave. D’une certaine manière, je n’ai pas le cœur de m’en débarrasser. » Nicole Berchtold, animatrice « glanz & gloria » « J’ai toujours rêvé d’avoir un camion de pompiers équipé d’une sirène et d’un gyrophare bleu. Aussi, lorsque j’ai ouvert le paquet, mes yeux ont brillé davantage que le feu tournant et mon cri de joie a nettement couvert l’avertisseur du véhicule. Et je ne sais pas comment mes parents ont – nerveusement parlant – supporté les mois qui ont suivi. Lorsqu’ils jouent, les enfants perdent la notion du temps et jamais une sirène ne pourra leur sembler ennuyeuse, ni monotone. » Stefan Büsser, comédien « Je me revois devant le rayon Lego de Franz Carl Weber, qui, à l’époque, se trouvait encore à Sursee. Pendant que maman faisait les courses, je flânais dans les allées du PARADIS ! Je restais régulièrement planté devant l’étalage où étaient exposés les modules, à m’imaginer les aventures que je vivrais avec le poste de police ou le château. Et JAMAIS ils ne quitteraient le sol de ma chambre ! Et c’est bien ainsi que ça s’est passé. Jusqu’à ce que ma maman chérie me donne une bonne fessée après qu’une minuscule pièce plantée dans son pied lui arrache un cri de douleur. Aujourd’hui, des caisses en plastique protègent mes rêves d’enfant de la poussière, car un jour, j’ai troqué mes Lego contre des instruments. » Marco Kunz, chanteur de KUNZ « Enfant, on ne pouvait me faire davantage plaisir qu’en m’offrant des balles, de toutes tailles et de toutes sortes. Ainsi, d’une certaine manière, pour moi, dès mes jeunes années, ça roulait ;-) » Sven Furrer, Comedy-Duo Edelmais « J’avais neuf ans lorsque mon grand frère et moi avons reçu pour Noël un drôle de moyen de transport: une sorte de monocycle équipé de roues d’appui. Il avait une grande roue avec un pneu sous la selle et deux petites – comparables à celles d’une planche à roulettes – devant. Mon frère et moi ne tenions plus en place et avons bien sûr voulu l’essayer immédiatement. Mais le tapis de notre petit séjour se prêtait mal à l’expérience, raison pour laquelle toute la famille, grands-parents compris, s’est déplacée sur la place de sport située à proximité. Au milieu de la nuit, par un froid polaire, chacun s’est essayé au véhicule chancelant, se ridiculisant tour à tour. Et c’est peut-être moins le monocycle que le souvenir de cette pittoresque soirée d’aventures – source de rapprochement de la famille – qui m’avait enthousiasmée. » Kiki Maeder, actrice et animatrice
  • Le policier Playmobil devant l’étable en pâte à modeler

    Un blog post de Stefan Milius Les fabricants de jouets cherchent à construire un univers clos. Avec les Lego ou les Playmobil, tous les kits et toutes les figurines s’accordent parfaitement et n’ont pas besoin d’autre chose. Quiconque tente d’élargir ce microcosme est forcé d’acheter régulièrement d’autres produits de la même série. D’un point de vue économique, c’est brillant. Par contre, les enfants sont nettement moins restrictifs. Pourquoi un chevalier Playmobil ne pourrait-il pas habiter dans un château en Lego ? Qu’y a-t-il de mal à placer un tunnel Duplo sur les rails du train Märklin ? Et qui a dit que la grue ultramoderne de Fisher-Price ne doit pas montrer ce qu’elle sait faire dans le bac à sable ? Tandis que les adultes sont toujours à la recherche de la « compatibilité », les enfants marient instinctivement les disciplines. Fidèles à la devise : tout ce qui n’est pas adapté doit le devenir. Par exemple, il y a l’histoire d’un jeu sur la ferme, recommandé pour les enfants de plus de six ans, que j’avais acheté à titre préventif et stocké dans un placard. Mes filles, qui avaient alors trois et cinq ans, sont parvenues à atteindre la boîte et ont commencé à prendre les petits animaux de la ferme. Consciencieusement, je me suis mise immédiatement à étudier les règles du jeu et je leur ai expliqué qu’il s’agit de rattraper les animaux qui se sont échappés et de les mettre dans un parc. Mais pour cela, il faut d’abord lancer les dés et arriver sur la bonne case. Cependant, mes petites dames n’étaient pas du tout intéressées par ce genre de détail. Quelques minutes plus tard, les animaux avaient bien été capturés et enfermés, mais sans dé. Légèrement frustrés, la vache, le cochon, le cheval et les autres passaient leur tête au-dessus des barreaux de leur nouvelle étable en Lego et en pâte à modeler. Le dé était totalement inutile. Peu après, un policier Playmobil surveillait même le bétail devant la porte d’entrée. Toute la scène n’avait plus grand-chose à voir avec le jeu d’origine. Ce n’était peut-être pas ce qu’avait imaginé l’inventeur, mais c’était parfait pour les enfants. Un seul et même jouet, pour lequel la fascination enfantine a déjà un peu disparu, peut retrouver une nouvelle vie lorsqu’il est utilisé différemment. En fait, il ne faut poser des limites que lorsque la matière ne peut pas suivre – par exemple, lorsque le jeu de construction en métal arrive dans la baignoire …
  • Contenu d’une boîte à déguisement

    Un blog post de Nadia Meier J’estime que chaque chambre d’enfant doit avoir une boîte à déguisement. Oui, aussi celle de votre fils ! Car dans les jeux de rôle, le sexe ne joue aucun rôle. Certes, ce sont souvent les filles qui aiment se déguiser. Mais selon le contenu de la boîte à déguisement, les garçons apprécieront également de se glisser dans différents vêtements et rôles pendant des heures. Mais que trouve-t-on dans une boîte à déguisement ? Les vieilles choses : la vieille chemise de nuit de Grand-Maman ? Une cravate de 1992 ? Ne les donnez pas ! Que ce soient des héritages familiaux ou des tendances des années passées, de tels trésors sont parfaits pour les déguisements. Mais faites attention, les vieilleries peuvent aussi sentir le renfermé. Et personne n’aime porter cela. Les nouveautés : de nombreux habits pour adultes sont trop grands pour que les enfants puissent les utiliser comme déguisement. Ou ils sont rares. Mais peut-être avez-vous un uniforme de pompier dans l’armoire ? Achetez donc quelques costumes dans des tailles enfant. Le mieux serait d’opter pour un pompier ou une princesse. Toujours quelque chose de nouveau : même la meilleure des boîtes à déguisement devient encore plus palpitante lorsqu’on y ajoute de nouvelles choses. Après Carnaval en particulier, vous pouvez faire de bonnes affaires. Mais faites du tri de temps en temps pour que la boîte ne déborde pas. Le fait main : malheureusement, je ne sais pas coudre. Mais si vous le pouvez, les idées de costume sont presque infinies. Et même les nuls en couture comme moi arrivent à concevoir seuls des déguisements simples, comme un manteau de magicien à partir d’un tissu brillant. Il ne manque alors plus que la baguette magique. Ce qui nous amène à la prochaine catégorie. Les accessoires : la boîte ne doit pas contenir que des habits, mais aussi une grande quantité d’accessoires : sacs à main, chapeaux et foulards. Mieux encore, des lunettes sans verre, des faux nez et des boucles d’oreille à clip kitsch. Et des perruques ! Sont également très appréciés les casques de toutes sortes, que ce soit pour un chevalier ou une coureuse cycliste. Pour les garçons et les filles : vous avez deux filles ? Glissez quand même des épées en bois, des cache-œil et un gilet fluorescent. Inversement, les garçons jouent aussi volontiers à la princesse ou à la sorcière en se glissant dans une jupe. Les chaussures : ma fille a une manie pour les chaussures. Evidemment, je ne la laisse pas porter des mini chaussures de flamenco à pois et talon pour aller à la garderie. Mais celles-ci sont idéales pour la boîte à déguisement. Très appréciés également: les vieux escarpins de maman.
Fermer